Berlin n'acceptera aucun chantage sur les otages
Actualisé

Berlin n'acceptera aucun chantage sur les otages

Berlin - La chancelière allemande Angela Merkel a affirmé dimanche que son gouvernement n'acceptait aucun chantage au sujet des deux Allemands pris en otage mercredi en Afghanistan.

Elle a réaffirmé que Berlin ne retirerait pas ses troupes de ce pays.

«Nous n'acceptons pas le chantage. Nous ne réagirons pas à des exigences des talibans. Ce serait très dangereux», a déclaré Mme Merkel dans une interview à la chaîne de télévision publique allemande ARD.

A la question de savoir si Berlin était disposé à verser une rançon pour la libération de l'otage allemand apparemment encore en vie, après que le corps de l'autre otage a été retrouvé, Mme Merkel a répondu: «Nous faisons ce qui est responsable et céder au chantage n'est pas responsable».

La chancelière a dit n'avoir rien de nouveau sur cette affaire depuis que son chef de la diplomatie Frank-Walter Steinmeier a indiqué samedi que l'un des deux otages allemands était mort. Concernant le deuxième otage, Mme Merkel a affirmé: «Il est de notre mission de sauver sa vie avec tous les moyens responsables».»

Trois mandats

La chancelière a réitéré son soutien à la reconduction, à l'automne, des trois mandats dont dispose l'armée allemande pour son engagement en Afghanistan. Il s'agit «de protéger la sécurité de l'Allemagne» et «d'aider l'Afghanistan à emprunter le bon chemin». «La reconstruction sans la sécurité n'est pas faisable», a- t-elle souligné.

Quelque 3000 soldats de l'armée allemande sont déployés en Afghanistan dans le cadre de la Force internationale d'assistance à la sécurité de l'OTAN (ISAF). Ils ont essentiellement pour mission d'assurer la sécurité dans le nord du pays.

La chambre basse du parlement allemand (Bundestag) a également livré un mandat pour une participation de la Bundeswehr à l'opération américaine «Liberté immuable» contre le terrorisme. Un troisième mandat concerne l'envoi d'avions de reconnaissance de type Tornado pour soutenir les opérations de l'OTAN.

(ats)

Ton opinion