Actualisé 02.08.2019 à 18:29

Drame de Francfort

Berlin veut surveiller la frontière avec la Suisse

L'Allemagne veut des contrôles à la frontière germano-suisse après le terrible drame de Francfort, où un petit garçon a perdu la vie.

Horst Seehofer, ministre allemand de l'Intérieur.

Horst Seehofer, ministre allemand de l'Intérieur.

Keystone

Le ministre allemand de l'Intérieur Horst Seehofer veut réintroduire des contrôles à la frontière germano-suisse après la mort d'un garçon sous un train lundi à Francfort, poussé par un Erythréen vivant en Suisse. Il exige des «contrôles intelligents».

Le ministre présentera son concept d'ici septembre, indique-t-il vendredi dans Der Spiegel. M. Seehofer a déclaré au magazine que 43'000 entrées illégales avait été enregistrées l'an dernier en Allemagne. «Nous devons faire face à cette situation en procédant à des contrôles inopinés et temporaires, également à la frontière, y compris à celle avec la Suisse», détaille le conservateur bavarois.

L'Administration fédérale des douanes a dit être en contact étroit avec le ministère de M. Seehofer. Elle souligne toutefois que pour l'instant aucune mesure concrète n'a été prise par la partie allemande et qu'elle sera probablement informée si cela devait être le cas.

L'Allemagne et la Suisse font partie de l'espace Schengen. Il n'y a normalement pas de contrôle douanier lors du franchissement de la frontière.

Portillons et barrières

M. Seehofer a aussi répété son intention de renforcer les mesures de sécurité dans les gares, peut-être en posant des portillons et des barrières. Une réunion avec le ministre allemand des Transports Andreas Scheuer, la direction de la Deutsche Bahn et des experts en sécurité ferroviaire aura lieu en septembre. Le ministre estime que le coût de ces mesures pourrait se chiffrer en milliards d'euros.

L'Erythréen suspecté d'avoir tué lundi un enfant de huit ans en le poussant devant un train en marche à Francfort était recherché en Suisse depuis cinq jours. Il suivait un traitement psychiatrique. La police n'avait toutefois pas connaissance de liens spécifiques avec l'Allemagne, c'est pourquoi un mandat d'arrêt international n'a pas été émis.

Lundi, il s'est dissimulé derrière un pilier de la gare de Francfort. A l'arrivée d'un train, il a soudain poussé le garçon et sa mère de 40 ans sur la voie. L'enfant est mort et sa mère est parvenue à se dégager d'extrême justesse. Il a également tenté de pousser une autre femme, âgée de 78 ans, qui n'est pas tombée du quai, mais a été blessée à l'épaule. L'affaire a suscité un gros émoi en Allemagne. (nxp/ats)

(NewsXpress)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!