AC Milan/ Leonardo: Berlusconi comparé à Narcisse
Actualisé

AC Milan/ LeonardoBerlusconi comparé à Narcisse

Ancien entraîneur du Milan AC, le Brésilien Leonardo a expliqué dans une interview à «La Gazzetta dello Sport» qu'il a quitté la société «pour incompatibilité» avec son propriétaire, Silvio Berlusconi.

L'ancien numéro dix de la seleçao Leonardo a ensuite comparé le président du club lombard à Narcisse: «Tout ce qui ne lui ressemble pas ne lui plaît pas».

Cela n'a jamais été l'amour fou entre Berlusconi et Leonardo. On se souvient notamment d'une déclaration du président du Conseil Italien en fin de saison dernière lorsqu'il avait publiquement affirmé que «avec moi sur le banc du Milan cette année, nous aurions remporté le championnat.»

Quatre mois plus tard, l'ancien entraîneur des «rossoneri» prend la parole. «Le 'je te l'avais dit' une fois que les choses ont mal tourné, c'est un petit jeu un peu banal, répond Leonardo. Si deux blessures (Pato et Nesta) vous empêchent de remporter le scudetto, c'est que vous n'avez pas l'effectif pour. Je ne me plains pas: je le répète, j'étais d'accord avec la politique du club. Ce sont eux qui étaient venus me demander d'entraîner».

Lorsqu'on lui demande si Berlusconi lui a demané de prendre la porte, l'ancien milieu offensif précise: «Que ce soit clair: c'est moi qui ai décidé de m'en aller, j'ai renoncé à une année de contrat pour qu'on se sépare de la meilleure façon. Je suis parti pour des raisons d'incompatibilité d'humeur et de style. Ce sont des choses que j'ai déjà dites à Berlusconi», a dit le Brésilien, arrivé en 1997 comme joueur puis successivement directeur sportif et entraîneur. «Je pensais être milaniste pour l'éternité», a-t-il ajouté.

Concernant Silvio Berlusconi, Leonardo explique que «je ne sais pas pourquoi il parle autant de moi. Au fond de lui il doit avoir quelque chose qui ne va pas.»

Leonardo souhaite bonne chance à son successeur, Massimiliano Allegri. «J'espère qu'on lui laissera du temps, dit-il. Ca ne ressemble pas au Milan de changer d'entraîneur tous les ans». Contrairement à Leonardo à qui le club n'avait «offert» aucun nouveau joueur, Allegri a été gâté avec les arrivées de Kevin Prince Boateng, Ibrahimovic, Robinho, Yepes et Sokratis.

(ats)

Ton opinion