Italie – Berlusconi s’offre une page de pub à sa gloire avant la présidentielle
Publié

ItalieBerlusconi s’offre une page de pub à sa gloire avant la présidentielle

Candidat à l’élection, le Cavaliere se décrit comme un «exemple pour tous les Italiens», dans un texte dithyrambique publié jeudi, dans un quotidien national. Journal qui lui appartient.

Dans l’édition de jeudi du quotidien «Il Giornale», Silvio Berlusconi se décrit comme un homme «bon et généreux», «ami de tous, ennemi de personne». Entre autres qualités.

Dans l’édition de jeudi du quotidien «Il Giornale», Silvio Berlusconi se décrit comme un homme «bon et généreux», «ami de tous, ennemi de personne». Entre autres qualités.

AFP

«Héros de la liberté» qui «mit fin à la guerre froide» et «exemple pour tous les Italiens»: Silvio Berlusconi s’est offert une page dithyrambique à sa gloire dans un quotidien national, dix jours avant l’élection présidentielle à laquelle il est candidat.

«Qui est Silvio Berlusconi», interroge jeudi le quotidien «Il Giornale», avec, sur fond noir, une photo de profil de l’ancien chef du gouvernement de 85 ans, regardant au loin en souriant, et le logo de son parti Forza Italia (centre-droit). En dessous, une liste de 25 lignes vante ses qualités.

Un homme «bon et généreux», «ami de tous, ennemi de personne», «un self-made-man, un exemple pour tous les Italiens», mais aussi «le dirigeant occidental le plus apprécié et applaudi (8 minutes) dans l’histoire du Congrès américain», énumère ainsi le journal.

Officiellement, l’initiative est due à un cercle de militants de Forza Italia de plus de 65 ans, Forza Seniores, mais ce quotidien de droite «Il Giornale» appartient aux Berlusconi. La holding de la famille, Fininvest, comprend des chaînes de télévision (Mediaset), des journaux et les éditions Mondadori.

Un «héros de la liberté» qui «mit fin à la guerre froide»

«Parmi les premiers contribuables italiens», salue également «Il Giornale» au sujet du magnat des médias, milliardaire, condamné en 2013 à un an de prison et six ans d’inéligibilité pour fraude fiscale.

Vantant «l’Italien le plus compétent en politique internationale», «écouté et apprécié, influent et humain», la page de publicité va crescendo jusqu’à évoquer un «héros de la liberté», «le président du Conseil qui mit fin à la guerre froide».

Berlusconi s’est lui-même par le passé attribué l’honneur d’avoir mis fin à la guerre froide en 2002 en convainquant le président russe Vladimir Poutine et son homologue américain George W. Bush d’ouvrir une nouvelle ère de coopération lors d’un sommet de l’Otan sur la base militaire italienne de Pratica di Mare, près de Rome. Et le journal de conclure: «Qui d’autre que lui?»

Toujours empêtré dans l’affaire des soirées Bunga Bunga

Malgré ses récents problèmes de santé et ses déboires judiciaires – il est actuellement impliqué dans deux procès où il est accusé d’avoir payé des témoins pour qu’ils mentent sur ses soirées «Bunga Bunga» – Silvio Berlusconi, éternel revenant de la politique italienne, rêve de remporter l’élection présidentielle du 24 janvier.

Alors que le mystère plane toujours sur la possible candidature du Premier ministre Mario Draghi, donné favori, Silvio Berlusconi a souhaité que ce dernier reste à son poste plutôt que d’entrer au Quirinal.

(AFP)

Ton opinion

6 commentaires