Cyclisme - Bernal dominateur dans les Dolomites
Actualisé

CyclismeBernal dominateur dans les Dolomites

Le Colombien est un solide leader du Giro. Il l’a encore prouvé lundi en devançant Romain Bardet et Damiano Caruso. Reichenbach a abandonné.

Egan Bernal.

Egan Bernal.

AFP

Egan Bernal maître des Dolomites: le Colombien a dominé la 16e étape du Tour d’Italie, lundi à Cortina d’Ampezzo, et a consolidé sa position en tête du classement après cette journée pluvieuse. Il s’est imposé en solitaire, précédant d’une trentaine de secondes le Français Romain Bardet et l’Italien Damiano Caruso. Il a surtout profité de sa victoire pour envoyer un message: «Je suis de retour! C’est une grande victoire», a-t-il lâché.

Souffrant d'un traumatisme au genou, Sébastien Reichenbach a lui été contraint de déclarer forfait pour le reste du Giro. Le coureur de la Groupama-FDJ est l’un des nombreux coureurs à avoir été pris dimanche dans la chute collective qui avait conduit à la neutralisation de la course pendant une trentaine de minutes.

Une étape raccourcie

L’étape de lundi a été raccourcie à 153 kilomètres en raison des mauvaises conditions météo et privée de deux de ses trois grands cols, la Fedaia et le Pordoi. Au classement, le vainqueur du Tour de France 2019 compte désormais 2’24 d’avance sur Caruso et 3’40 sur le Britannique Hugh Carthy, avant la seconde journée de repos et à six jours de l’arrivée à Milan.

Une échappée a pris forme dès la première ascension du jour, dans la première heure de course. Ses cinq rescapés (Almeida, Formolo, G. Izagirre, Nibali, Pedrero) se sont présentés au pied du Giau avec une avance limitée à moins de deux minutes.

Dans le groupe des favoris mené par l’équipe EF Education, Bernal a attaqué à deux reprises et s’est isolé à 4 kilomètres du sommet de ce col culminant à 2233 mètres. Si son offensive n’a pu être retransmise en direct sur les écrans TV, il a basculé au sommet avec 45 secondes d’avance sur Caruso et 1’13 sur Bardet.

Les autres favoris perdent du terrain

Auteur d’une grande descente, Bardet (7e du classement général désormais) a repris Caruso mais sans pouvoir revenir sur le Colombien qui a pris le temps d’enlever son imperméable pour franchir la ligne avec le maillot rose bien visible. «Je tenais à le montrer. C’est quelque chose de spécial de gagner sur un grand tour avec le maillot de leader», a-t-il expliqué.

L’Italien Giulio Ciccone s’est classé quatrième de l’étape, à 1‘18, devant Carthy et le Portugais Joao Almeida. Le Britannique Simon Yates, deuxième du Giro au départ de Sacile, a lâché prise avant l’attaque de Bernal. Il a perdu plus de deux minutes et demie. Remco Evenepoel, quant à lui, a cédé pour sa part avant les 30 derniers kilomètres et l’ascension du passo Giau.

(AFP)

Ton opinion