Bernard Stamm:«J'ai la niaque!»
Actualisé

Bernard Stamm:«J'ai la niaque!»

Le marin vaudois prendra dimanche le départ du Velux 5 Oceans, le tour du monde en monocoque en solitaire avec escales.

«Mon objectif reste de gagner toutes les courses sur lesquelles je m'aligne», explique Stamm, dernier vainqueur de cette course. A 42 ans, il remet son titre de 2003 en jeu sur «Cheminées Poujoulat», un bateau qu'il a construit de ses mains entre 1997 et 2000. «Lors du prologue, j'ai vu que nous étions dans le coup. Je me suis surpris à entrer très vite dans la compétition, la niaque est là, relève l'ancien bûcheron. En vitesse pure, nous sommes compétitifs, ce qui n'était pas le cas il y a encore moins d'un mois. Nous avons trouvé les bons réglages.»

«Ce que je redoute le plus? C'est la casse. Pour gagner un tour du monde, il faut déjà franchir l'arrivée! Et aller vite sans prendre de risques est un exercice compliqué», précise l'ancien résident de Saint-Prex (VD) désormais établi en Bretagne.

Au programme? Trois étapes, 55 500 km d'océan et six mois de lutte tant contre les éléments que contre les sept autres skippers en lice. Le départ de la première étape (22 000 km) aura lieu de Bilbao (Esp). L'arrivée est prévue mi-décembre à Freemantle en Australie. Puis, dès le 7 janvier 2007, une étape jusqu'à Norfolk (côte est des Etats-Unis) via le mythique cap Horn, avant le «sprint» final atlantique vers Bilbao en avril.

Ses principaux adversaires? «Mike Golding sur «Ecover» et Alex Thomson sur «Hugo Boss». Nos trois bateaux semblent être les plus prêts, mais les autres ont aussi l'air bien motivés».

(gco)

Ton opinion