Bernard Tapie bientôt résident suisse?
Actualisé

Bernard Tapie bientôt résident suisse?

Après avoir touché le pactole dans l'affaire Adidas, l'ancien homme d'affaires, homme politique, animateur télé et chanteur serait sur le point d'acheter une villa dans le Canton de Vaud.

Bernard Tapie aurait décidé d'acheter une maison près de Prangins (Nyon). Contactée, la commune de Prangins dit ne pas être au courant de cette arrivée. Il négocierait en outre un permis de séjour ainsi qu'un forfait fiscal d'après La Lettre de l'Expansion. Une agence immobilière lui aurait fait une proposition pour une superbe villa de 12 millions d'après le site backchich.info. Ses avocats ne seraient pas au courant.

Tapie essaye de s'installer en Suisse déjà depuis quelques mois

Bernard Tapie chercherait à s'installer en Suisse depuis quelques mois déjà. «Nanar» comme on le surnomme aurait été aperçu près de Cologny à Genève. Un habitant du quartier l'aurait croisé admirant une belle villa avec sa compagne et le Genevois Didier Tornare, son copain de toujours. Un agent immobilier les attendait dans une Rolls-Royce garée sur le côté.

Tapie aurait également contactée Franck Muller, le fondateur de la marque éponyme. Ce dernier est propriétaire d'une belle résidence à la sortie de Genève. Il chercherait à vendre une partie de son terrain, mais Bernard Tapie aurait décliné l'offre, la trouvant trop chère.

Un pactole récupéré

Le sulfureux homme d'affaires vient de récupérer 285 millions d'euros dans l'affaire Adidas, après 13 ans de bataille juridique.

Après avoir réglé ses dettes, «Nanar» devrait conserver quelques 50 millions. Si Bernard Tapie devait s'installer en Suisse, il serait prêt à vendre l'hôtel particulier qu'il possède depuis des années à la rue Saint-Pères à Paris.

(atk)

L’affaire Adidas

En 1990 Bernard Tapie devient actionnaire majoritaire d’Adidas. Puis il cède ses parts à un groupe d’investisseurs, dont le Crédit Lyonnais (CL), pour un montant équivalent à 316 millions d’euros. Avec un montage financier complexe, la banque revend ses parts d’Adidas en décembre 1994 à Robert Louis-Dreyfus, pour la somme de 701 millions d’euros.

En 1994, Tapie est placé en liquidation judiciaire par le tribunal de commerce de paris (TCP). Il réclame en 1995 au CL 229 millions de plus value dégagés lors de la cession d’Adidas. En 1996, le TCP condamne le CL à verser une provision de 91,5 millions d’euros à Tapie. En 1998, Tapie réclame 900 millions d’euros au CL pour «montage frauduleux». Le tribunal annule la provision de 91,5 millions d’euros. 11 juillet 2008, le tribunal arbitral condamne le CDR à verser 285 millions d'euros à Bernard Tapie.

Ton opinion