AG de Xamax: Bernasconi gardera un pied dans le club
Actualisé

AG de XamaxBernasconi gardera un pied dans le club

Sylvio Bernasconi quittera bien la direction de Neuchâtel Xamax mais il ne laissera pas tomber son club pour autant.

Sylvio Bernasconi et l'ensemble du conseil d'administration de Neuchâtel Xamax SA n'ont pas changé d'avis: ils ne brigueront pas de troisième mandat ce printemps. Mais le président demeurera la principale ressource financière du club. Et qui paie...

«Etre directeur d'un club sportif en Suisse, en particulier dans le canton de Neuchâtel, n'est chose aisée. Et six ans et demi c'est long...» Sylvio Bernasconi n'a pas fait machine arrière et a confirmé son départ pour la prochaine assemblée générale extraordinaire de Xamax, prévue en mars ou avril. Il avait pourtant annoncé qu'il resterait en poste dix ans.

Impossible sans Bernasconi

«Il faut des nouvelles personnes pour donner un nouvel élan, explique-t-il. Je ne suis pas satisfait des résultats sportifs. Peut- être qu'un autre fera mieux que moi, mais toujours avec l'aide du groupe Bernasconi.» Car le président, actionnaire à hauteur de 30 %, ne lâchera pas «son» club. Le nouveau conseil d'administration sera donc dans la lumière, tandis que l'entrepreneur lui fixera «des garde-fous», comme il le détaille lui-même.

C'est que «aucune des candidatures ne peut y arriver sans le Groupe Bernasconi», affirme-t-il, comme pour préciser qu'il jouera encore à l'avenir un rôle essentiel - mais à l'abri de l'exposition publique et surtout médiatique - au sein d'un Neuchâtel Xamax dans lequel il concède avoir versé plus de 10 millions de francs depuis son arrivée en juin 2005. Son implication, de ce point de vue, a été une franche réussite, puisque la SA a annoncé pour la cinquième année de suite un exercice financier positif (28 713 francs de bénéfices pour 2008/09).

Knöpfel et Gagg en lice

«J'ai reçu deux dossiers sérieux de messieurs de la région et ça me plaît beaucoup.» Il s'agit de ceux de Daniel Knöpfel, un Bâlois d'origine établi à Neuchâtel depuis 12 ans, patron de garages à Neuchâtel et Genève, et de Walter Gagg, ancien directeur technique à la FIFA actuellement attaché à 50 % au bureau de Sepp Blatter, dont il aurait le soutien dans cette démarche. Tous deux étaient absents de l'assemblée générale, le premier n'étant pas actionnaire et le second se trouvant en Corée du Sud avec Blatter justement.

Knöpfel possède deux atouts majeurs dans sa manche. Le premier mesure 1m97 et s'appelle Pascal Zuberbühler, ancien portier de Xamax, qui veut jouer un rôle dans le club (la présidence ?) en cas de succès de ce dossier. Le deuxième est l'appui de plusieurs entrepreneurs de la région que Knöpfel proclame avoir fédérés.

Gagg, membre du club depuis 42 ans et membre d'honneur depuis 12 ans, conduit lui un groupe qui a obtenu l'approbation des anciens présidents Gilbert Facchinetti et Gabriel Monachon, aujourd'hui présidents d'honneur au même titre que... Sepp Blatter.

Une troisième solution

«En cas de défaillance de ces deux candidatures, annonce encore Bernasconi, il y aura le 'dossier Bernasconi'.» A savoir une solution de rechange «parce qu'il faut bien qu'il y ait un conseil d'administration» que le président ne présentera que s'il n'a pas d'autre choix.

Quoi qu'il en soit, le nouveau conseil d'administration de Neuchâtel Xamax SA sera connu au terme de l'assemblée générale extraordinaire du printemps prochain. Et un seul homme, en tant que principal actionnaire, aura véritablement son mot à dire: Sylvio Bernasconi. (ats)

Ton opinion