Ex-espion empoisonné: Berne condamne l'attaque au «Novichok»
Actualisé

Ex-espion empoisonnéBerne condamne l'attaque au «Novichok»

Berne estime que l'attaque contre l'ex-agent double russe Sergueï Skripal et sa fille Ioulia avec un gaz de classe «Novichok» est particulièrement préoccupante.

1 / 59
Selon une enquête indépendante, un haut gradé des services de renseignement militaires russes aurait empoisonné l'ancien espion russe Sergueï Skripal depuis Londres. (Samedi 29 juin 2019)

Selon une enquête indépendante, un haut gradé des services de renseignement militaires russes aurait empoisonné l'ancien espion russe Sergueï Skripal depuis Londres. (Samedi 29 juin 2019)

AFP
L'ancienne maison de Sergueï Skripal, à Salisbury, en cours de décontamination. La Grande-Bretagne a refusé l'accès diplomatique à l'ancien espion à la Russie. (Mardi 5 mars 2019)

L'ancienne maison de Sergueï Skripal, à Salisbury, en cours de décontamination. La Grande-Bretagne a refusé l'accès diplomatique à l'ancien espion à la Russie. (Mardi 5 mars 2019)

AFP
L'Union européenne a sanctionné lundi le chef du renseignement militaire russe (GRU), son adjoint et deux agents, jugés responsables de l'empoisonnement de l'ex-agent double Sergueï Skripa, en gelant leurs avoirs. (Lundi 21 janvier 2019)

L'Union européenne a sanctionné lundi le chef du renseignement militaire russe (GRU), son adjoint et deux agents, jugés responsables de l'empoisonnement de l'ex-agent double Sergueï Skripa, en gelant leurs avoirs. (Lundi 21 janvier 2019)

AFP

La Suisse condamne fermement l'attaque au gaz neurotoxique de classe «Novichok» en Grande-Bretagne. L'attaque contre l'ex-agent double russe Sergueï Skripal et sa fille Ioulia a déclenché une confrontation entre Moscou et Londres.

La Suisse est très inquiète par la nouvelle utilisation d'un agent chimique, a indiqué à l'ats une porte-parole du Département fédéral des affaires étrangères (DFAE). D'autant plus que celle-ci fait suite à une série de violations similaires du droit international durant ces dernières années.

Un échantillon à l'OIAC

Le fait qu'un gaz neurotoxique de classe «Novichok» ait été utilisé pour la première fois est particulièrement préoccupant, a souligné la porte-parole. La Suisse rappelle qu'il est indispensable pour la paix et la stabilité de respecter les normes et règles internationales.

Elle souligne l'importance de l'enquête sur les circonstances de l'attaque de la part des autorités britanniques avec l'appui de l'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques (OIAC). Un échantillon de la substance sera envoyé à l'OIAC avait précisé le ministre des affaires étrangères britannique Boris Johnson jeudi. (nxp/ats)

(NewsXpress)

Ton opinion