Actualisé 08.09.2015 à 11:12

Internet

Berne lance le nom de domaine .swiss

Les entreprises et organisations publiques et privées peuvent désormais être candidates pour obtenir une adresse internet .swiss. But: mettre en avant le «swissness».

de
Christine Talos, Berne
Philipp Metzger, directeur de l'OFCOM, et la conseillère fédérale Doris Leuthard.

Philipp Metzger, directeur de l'OFCOM, et la conseillère fédérale Doris Leuthard.

Verra-t-on bientôt des sites internet du genre «UBS.swiss», «Nestlé.swiss» ou «Genevatourism.swiss»? Très probablement. Car Berne, par le biais de la conseillère fédérale Doris Leuthard, vient de lancer un nouveau domaine internet: «.swiss».

Ce nouveau nom a été obtenu en 2014 par la Confédération, après la libéralisation du secteur en 2011. «C'est une plateforme de confiance qui établit sans équivoque le lien avec la Suisse et que l'on offre aux entreprises et organisations publiques et privées. Mais elles restent libres de la refuser et de continuer avec leur appellation actuelle», a noté la cheffe du DETEC.

Petite révolution

Pour le monde internet suisse, il s'agit d'une «petite révolution» selon Philipp Metzger, directeur de l'Office fédéral de la communication, chargé de l'attribution des nouveaux noms de domaine. «Jusqu'à présent, dans le cyberespace suisse, nous n'avons jusqu'ici que l'extension .ch pour le pays, que nous utilisons tous. Mais il n'y a encore jamais eu quelque chose comme .swiss. C'est la 2e fois seulement que l'on ouvre un domaine qui concerne spécifiquement la Suisse. C'est donc une révolution. » Et de souligner la marque forte que représente en plus le mot «swiss» à l'étranger.

Mais à qui va s'adresser ce nouveau nom de domaine? «Tout d'abord aux entités publiques qui peuvent avoir un intérêt à l'utiliser, comme les offices de tourisme par exemple. Il va s'adresser aussi aux organisations enregistrées dans le registre du commerce et qui peuvent faire valoir des droits de propriété intellectuelle, ou encore des marques ou des noms d'entreprises qui aimeraient être protégées par ce .swiss», explique le directeur.

A noter que les privés, qui veulent ouvrir par exemple un site pour une galerie de peinture, peuvent être candidats eux aussi. «A partir du moment où vous êtes inscrit au Registre du commerce, vous pouvez le faire. A vous de décider si cela vaut la peine, et si vous pouvez attirer de la clientèle internationale», souligne Philipp Metzger.

Mettre en avant l'excellence de la Suisse

Car le but de la manoeuvre est de mettre en avant le «Swissness» des entreprises, mais pas seulement. «Nous nous adressons aux firmes qui investissent en Suisse, qui sont présentes chez nous - pas seulement les boîtes helvétiques; il suffit qu'elles aient un siège ici, une administration réelle, mais qu'elles utilisent la place économique suisse pour faire du business et créer des emplois. Nous voulons leur donner une plateforme qui a clairement un trait à la qualité, à une excellence de produits et de services, à une renommée mondiale», explique Phlipp Metzger. «C'est cela que nous cherchons à mettre à disposition pour ces organisations. »

Le sitequi permet de déposer sa candidature est en ligne depuis lundi. L'OFCOM a indiqué avoir déjà reçu des inscriptions, alors qu'il n'a pas encore lancé réellement de publicité. Nous attendons des centaines, voire des milliers d'organisations, confie son directeur. «Il y a un intérêt grandissant, comme dans la branche du tourisme où les attentes sont élevées. »

Le .ch ne disparaîtra pas

Tous les Suisses sont habitués jusqu'ici à la fameuse extension «.ch» pour les sites qui concernent notre pays. Va-t-il disparaître? Pas du tout, répond Philipp Metzger. Ce nom de domaine général va rester pour le grand public. «Nous avons tous fait de très bonnes expériences avec ce nom qui est très bien géré et dispose d'une belle renommée internationale. Mais il n'a pas la même notoriété qu'aura .swiss, puisqu'on peut confondre le .ch à l'étranger avec la Chine, le Chili, etc. Pour des fins de promotion, d'excellence et d'image, le .swiss se prêtera donc désormais bien mieux. »

Toutes les informations se trouvent sur les sites www.nic.swiss et www.dot.swiss.

L'extension .swiss en pratique

Qui peut s'inscrire?

Les collectivités publiques, comme la Confédération, les communes et les cantons, ainsi que les organisations de droit public suisses. Toutes les entités inscrites au Registre du commerce qui possèdent un siège et un site administratif réel dans notre pays. Il peut s'agir de personnes morales comme des sociétés, des associations ou des fondations, mais également des entreprises. Les personnes physiques ne sont pas encore concernées.

Jusqu'à quand peut-on s'inscrire?

Les intéressés ont jusqu'au 9 novembre pour présenter leur candidature. A la fin de cette période, les demandes seront publiées pendant 20 jours sur le site du registre nic.swiss. Une fois le délai passé, s'il n'y a pas de concurrence ou de commentaire, le nom du domaine sera attribué. Les premières attributions auront lieu en décembre.Lexploitation normale débute le 11 janvier 2016. Dès ce moment, les personnes morales peuvent se porter candidates pour lattribution de nimporte quel nom de domaine libre. Les nouvelles demandes sont publiées à un rythme hebdomadaire. Sans objection légitime ni demande dattribution concurrente, les noms de domaine sont attribués directement.

Quels noms pourra-t-on enregistrer en .swiss?

Lors de la phase de lancement, uniquement les marques inscrites dans la Trademark Clearinghouse. Les signes distinctifs peuvent être les marques protégées en Suisse, les raisons de commerce et les noms des associations et fondations inscrites au registre du commerce.Les noms devront avoir une longueur de 3 à 63 caractères.La liste des dénominations réservées se trouve sur www.dot.swiss et www.nic.swiss.

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!