Asile en Suisse: Berne ne supportera pas seule l'entier des coûts
Actualisé

Asile en SuisseBerne ne supportera pas seule l'entier des coûts

Pas question que la Confédération prenne en charge l'entier des frais occasionnés par l'accueil de réfugiés en Suisse, précise le Conseil fédéral.

La Confédération ne doit pas supporter seule l'entier des coûts. Le Conseil fédéral rejette lundi une motion en ce sens du conseiller national Roger Golay (MCG/GE).

L'arrivée massive et croissante de requérants d'asile a mis à rude épreuve les finances des cantons, selon le motionnaire. En écho à cette demande, les cantons de Vaud et de Genève ont fait part de leurs craintes la semaine passée dans la presse de dépassement de budget pour l'asile cette année: 45 millions pour Vaud, 10 à 15 millions pour Genève.

Utiliser l'argent de la DDC

Pour pallier à cela, la Confédération devrait prendre tous les frais liés à l'asile à sa charge, au besoin en utilisant l'argent prévu pour l'aide au développement, estime Roger Golay.

Il n'en est pas question, rétorque le Conseil fédéral. L'aide au développement sera déjà amputée de 90 millions de francs par an à cause des mesures d'économie. De plus, les indemnités fédérales suivent la courbe du nombre de requérants d'asile. L'augmentation des demandes d'asile n'occasionne donc pas de coûts supplémentaires pour les cantons.

Dialoguer avec les cantons

Par ailleurs, le Conseil fédéral se dit prêt à dialoguer avec les cantons pour analyser avec eux la situation financière et la manière d'ingérer rapidement sur le marché du travail les personnes qui peuvent rester en Suisse.

Finalement, avec le «oui» du peuple dimanche à la révision de la loi sur l'asile, les cantons devraient déjà être soulagés d'une partie des réfugiés qui seront pris en charge dans les centres fédéraux. Ce changement devrait permettre aux cantons d'économiser 90 millions de francs. (nxp/ats)

(NewsXpress)

Ton opinion