Actualisé 24.01.2020 à 17:31

Suisse

Berne se propose d'accueillir des réfugiés mineurs

La responsable du Département fédéral de justice et police a indiqué que la Suisse était prête à recevoir des jeunes migrants arrivés en Grèce ayant de la famille sur notre territoire.

Karin Keller-Sutter lors de son arrivée pour un sommet informel à Zagreb, ce 24 janvier 2020.

Karin Keller-Sutter lors de son arrivée pour un sommet informel à Zagreb, ce 24 janvier 2020.

Keystone

En réponse à un appel de la Grèce, la Suisse s'est dite prête à accueillir des réfugiés mineurs. Elle a proposé son aide à Athènes, a indiqué vendredi la conseillère fédérale Karin Keller-Sutter lors d'une rencontre des ministres européens à Zagreb, en Croatie.

Le gouvernement grec a envoyé une lettre à plusieurs pays européens, dont la Suisse, fin 2019 pour leur demander un soutien. Le Département fédéral de justice et police (DFJP) a assuré la Grèce que Berne accueillera un certain nombre de mineurs non accompagnés, qui ont de la famille en Suisse, a précisé Karin Keller-Sutter à Keystone-ATS.

L'arrivée des premiers jeunes réfugiés n'est pas encore claire, car ils doivent encore être soumis à un examen. L'accueil de réfugiés est précisément réglée par les accords de Dublin. Le transfert d'un mineur peut se réaliser avec une charge bureaucratique réduite, s'il a de la famille dans le pays d'accueil. La Suisse s'en tient à ces règles.

Soutenir Athènes

Berne est prête à soutenir Athènes une nouvelle fois, a ajouté la cheffe du DFJP. «Mais la patience touche à sa fin.» La Grèce doit s'activer elle-même pour améliorer la situation. Et Mme Keller-Sutter de nommer notamment l'enregistrement des requérants d'asile et les renvois.

La ministre a également invité la Commission européenne «à prendre les choses en main et à établir un plan d'action pour la Grèce». Et de pointer la situation humanitaire précaire pour ce pays qui constitue une frontière extérieure importante de l'espace Schengen.

Réforme de Dublin attendue

En marge de la rencontre des ministres de l'Union européenne (UE), Karin Keller-Sutter a rencontré son nouvel homologue autrichien Karl Nehammer, le ministre allemand de l'intérieur Horst Seehofer, la ministre italienne de l'intérieur Luciana Lamorgese et la ministre néerlandaise des migrations Ankie Broekers-Knol. Ces échanges directs sont très importants, en particulier dans cette période où la réforme de Dublin est sur la table, a noté Karin Keller-Sutter.

La politique migratoire de l'UE est dans une impasse. Après la crise de 2015, la Commission européenne, sous l'égide de Jean-Claude Juncker, a présenté une réforme du système de l'asile dans l'UE. Les Etats membres n'ont cependant pas réussi à s'entendre sur un point-clé: la répartition des réfugiés.

En mars, la nouvelle présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen entend donc présenter un nouveau plan de réforme. Un développement important pour la Suisse aussi, car elle participe à la politique d'asile européenne à travers les accords de Dublin. (nxp/ats)

(NewsXpress)
Trouvé des erreurs?Dites-nous où!