Formule 1: Bernie Ecclestone étonné par l'annonce de son divorce
Actualisé

Formule 1Bernie Ecclestone étonné par l'annonce de son divorce

Le grand argentier de la Formule 1, Bernie Ecclestone, s'est dit vendredi très étonné par la demande de divorce de sa femme. Le coût du divorce pourrait battre tous les records.

La nouvelle est tombée jeudi, annoncée par une porte-parole de Slavica Ecclestone, 50 ans, une ex-mannequin d'origine croate mariée au patron de la F1 depuis près de 24 ans.

Interrogé vendredi par le quotidien London's Evening Standard, Bernie Ecclestone, 78 ans, a fait mine d'apprendre la nouvelle, jouant la carte de l'ignorance.

"Vraiment? Oh (...) on verra. Je ne savais même pas qu'elle avait une société de relations publiques. Vous entendez des choses - je dois me renseigner", a-t-il dit, ajoutant que le départ de sa femme du domicile conjugal, au début du mois, était dû à des nuisances sonores dans le voisinage.

Le couple qui a deux filles, Petra et Tamara, disposerait d'une fortune de 2,4 milliards de livres (2,8 millions d'euros), selon la liste des grandes fortunes britanniques établie en 2008 par le Sunday Times.

Pour Margaret Hartwood, avocate associée au cabinet Thomas Eggar, l'importance de ce patrimoine laisse présager que ce divorce "a toutes les chances d'être le plus cher" de l'histoire britannique.

Record des McCartney en jeu

Une partie de la fortune du couple est détenue au nom de l'épouse dans un fonds enregistré à Jersey, ce qui pourrait compliquer les négociations.

Le record du divorce le plus coûteux en Grande-Bretagne est pour l'instant détenu par l'ancien couple Heather Mills/Paul McCartney. Au terme d'âpres négociations et d'un jugement délicat, la justice britannique avait en effet demandé à l'ancien membre des Beatles de verser en mars dernier quelque 24,3 millions de livres à son ex-épouse, soit l'équivalent de 30,8 millions d'euros.

Slavica Ecclestone, qui mesure quelque 25 cm de plus que son époux, a quitté le domicile familial à Chelsea, un quartier cossu de l'ouest de Londres, début novembre, le week-end du Grand Prix du Brésil lors duquel Lewis Hamilton a emporté le titre de champion du monde de F1. (afp)

Ton opinion