Présidentielle américaine: Bernie Sanders soutient son ex-rival Joe Biden
Actualisé

Présidentielle américaineBernie Sanders soutient son ex-rival Joe Biden

Le sénateur du Vermont a appelé les électeurs à voter pour l'ancien vice-président de Barack Obama afin de battre Donald Trump, «le président le plus dangereux de l'histoire moderne».

Joe Biden (à gauche) et Bernie Sanders le 15 mars à Washington lors d'un débat démocrate pour la présidentielle américaine de 2020.

Joe Biden (à gauche) et Bernie Sanders le 15 mars à Washington lors d'un débat démocrate pour la présidentielle américaine de 2020.

Keystone

Bernie Sanders a annoncé lundi apporter son soutien à la candidature dans la présidentielle américaine de son ancien rival Joe Biden. Il appelle à battre Donald Trump qu'il a qualifé de «président le plus dangereux de l'histoire moderne».

«Aujourd'hui, je demande à tous les Américains - tous les démocrates, indépendants, et de nombreux républicains - de se rassembler dans cette campagne et de défendre votre candidature, que je soutiens», a indiqué le sénateur indépendant à Joe Biden lors d'une vidéo diffusée en direct sur Twitter.

Bernie Sanders, 78 ans, a dit soutenir cette candidature pour «être certain de vaincre quelqu'un qui, je crois - et je parle seulement pour moi maintenant -, est le président le plus dangereux de l'histoire moderne de ce pays».

Après une campagne secouée par les rebondissements, le sénateur du Vermont a abandonné mercredi dernier la course à la Maison Blanche.

Appel au rassemblement

Joe Biden, désormais vainqueur assuré de la primaire démocrate, appelle au rassemblement pour battre Donald Trump. L'ancien vice-président de Barack Obama, 77 ans, a publié une photo sur son compte Twitter de lui aux côtés de M. Sanders peu après l'annonce de ce dernier, assortie du mot «Unité.»

Il devra être désigné officiellement candidat par le parti lors d'une convention démocrate, qui a été reportée au 17 août à cause de la pandémie de coronavirus.

Après une bataille acharnée, Bernie Sanders avait déjà perdu la primaire démocrate face à Hillary Clinton en 2016. (nxp/afp)

(NewsXpress)

Ton opinion