Actualisé 30.11.2018 à 11:03

Affaire Maudet

Bertrand Piccard «choqué par l'acharnement»

Le conseiller d'Etat, lâché par le PLR genevois et suisse, bénéficie quand même de soutiens. A commencer par l'aérostier vaudois Bertrand Piccard.

de
cht/nxp
Pierre Maudet et Bertrand Piccard.

Pierre Maudet et Bertrand Piccard.

Keystone

Rien ne va plus pour Pierre Maudet. Le comité directeur du PLR suisse a demandé mercredi sa démission et la présidence du PLR genevois a également réclamé sa tête. Mais tout le monde n'a pas encore lâché le conseiller d'Etat empêtré notamment dans l'affaire de son voyage à Abu Dhabi et celle de ses déclarations fiscales. Il bénéficie même d'un soutien inattendu: celui de Bertand Piccard.

L'aérostier vaudois, auteur du premier tour du monde avec l'avion Solar Impulse, défend Pierre Maudet vendredi dans les colonnes du Temps. «Ce qui me choque, c'est qu'on s'acharne sur un homme qui a certes commis des maladresses, mais qui n'a pas, comme certains élus de la ville de Genève, gaspillé les deniers publics avec une désinvolture invraisemblable», explique-t-il au journal.

«Il savait gouverner»

«Si le canton veut faire le ménage, qu'il demande à ceux qui se trompent de cartes de crédit de rembourser; qu'il réclame des comptes à ceux qui ont permis des notes de téléphone de 25'000 francs, alors qu'il existe des abonnements illimités à 3600 francs par année!»

Et Bertrand Piccard d'ajouter que si l'affaire des notes de frais se déroulait dans le canton de Vaud, il porterait plainte contre «ceux qui auraient dilapidé mes impôts». Il y va en outre de quelques compliments envers Pierre Maudet en qui il garde confiance: «Il savait gouverner sans créer de clivages et avec des positions claires», dit-il avant de conclure: «J'admire les gens qui se considèrent injustement victimes et qui se battent.»

Maudet sort du Palais fédéral

Le conseiller d'Etat dans la tourmente a finalement décidé d'obéir au PLR suisse, qui souhaitait l'entendre à Berne sur ses déboires judiciaires.

Vidéo: l'affaire Maudet: rappel des faits

L'affaire Pierre Maudet se ramifie

La liste des prévenus s'allonge dans l'affaire qui empoisonne la République genevoise depuis plusieurs mois. Le point à la mi-novembre.

Le PLR suisse demande à Maudet de partir

Suite aux multiples rebondissements de l'affaire, le comité directeur du parti a demandé mercredi en début de soirée lors d'un point de presse la démission du conseiller d'Etat genevois.

«Je suis horrifié par tout cela»

L'explorateur vaudois n'est pas le seul à afficher son soutien au ministre genevois. Le PLR Renaud Gautier, ancien président du Grand Conseil, est écoeuré du sort réservé à Maudet. «On assiste à une forme de totalitarisme populiste dans cette mise à mort publique: l'acharnement médiatique, la valse à mille temps de la présidence, le bafouement de la présomption d'innocence. Je suis horrifié par tout cela», dit-il également dans Le Temps. Selon lui, il aurait fallu demander la démission de Pierre Maudet au moment où celui-ci a avoué avoir menti.

Un autre PLR, l'ex-conseiller national John Dupraz, compare lui l'affaire à une curée. «On sonne l'hallali d'une scandaleuse chasse à courre. Vous croyez que Pierre Maudet est le premier politicien à mentir? Dans ce parti, tout le monde fait fi de la présomption d'innocence, les avocats les premiers», critique-t-il. Avant de déclarer: «Dans mon entourage, Pierre Maudet a encore de larges soutiens.»

«La seule chose qui compte est le contact avec la base et le fait qu'elle puisse s'exprimer», avait déclaré Pierre Maudet en faisant référence à la demande de ses partisans pour une assemblée générale extraordinaire du PLR genevois. Une assemblée qui n'aura vraisemblablement pas lieu avant janvier, et qui pourrait réserver des surprises à la présidence du parti.

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!