Genève - Besoin d’un toit ou d’un psy: un site guide les jeunes
Publié

GenèveBesoin d’un toit ou d’un psy: un site guide les jeunes

Des étudiants ont lancé une plateforme participative pour aiguiller les 16-30 ans à la recherche d’un emploi, d’un soutien psychologique ou d’un logement.

par
David Ramseyer
Zoé Newton et Nina Carnal, étudiantes en relations internationales et cofondatrices de la plateforme Yusco.

Zoé Newton et Nina Carnal, étudiantes en relations internationales et cofondatrices de la plateforme Yusco.

dra

«L’idée, c’est dialoguer, aider et guider les jeunes qui ignorent souvent les ressources qui sont à leur disposition à Genève, que ce soit en matière de logement, de marché du travail ou de soutiens divers», résument Zoé Newton et Nina Carnal, étudiantes en relations internationales à l’Université de Genève (UNIGE). Ces jeunes femmes de 21 et 22 ans, qui ont collaboré avec un camarade au Canada (encadré ci-dessous), sont les fondatrices de la plateforme Yusco (Youth and urban solidarity community) dévoilée mercredi.

Les effets de la pandémie

Ce site 100% gratuit, qui en est à ses débuts, cible les 16-30 ans. Il entend les guider dans leurs recherches d’aides financières ou matérielles, d’un petit job ou encore d’une chambre à louer. «Les participants font part de leurs besoins et nous les dirigeons vers une structure adéquate», expliquent les deux universitaires. À l’avenir, une liste des divers dispositifs sociaux, financiers, ou autres, sera aussi à disposition.

En travaillant sur le projet, leurs auteurs ont réalisé un sondage, auquel ont répondu 150 étudiants. La grande majorité avouait ignorer quelles structures publiques ou privées pouvaient les aider. Par ailleurs, plusieurs études ont montré la détresse dans laquelle la crise Covid a plongé élèves, apprentis ou universitaires. «Le besoin en soutien psychologique est fort; mais visiblement, peu savent vers qui se tourner, observe Nina Carnal. La demande en mentorat, face au décrochage scolaire, est également importante.»

Aussi de particulier à particulier

Si l’orientation vers des structures existantes, notamment dans les administrations, reste la principale raison d’être de Yusco, l’échange entre particuliers, pour des bons plans ou des conseils, est aussi au menu. «Par ailleurs, l’auteur d’un projet qui permet d’aider d’autres jeunes peut également le faire connaître à travers notre plateforme.» Cette dernière entend aussi guider les 16-30 ans à la recherche d’une offre sportive ou culturelle, par exemple.

Pour l’heure, l’UNIGE et la Maison des associations sont partenaires du projet. Des contacts sont déjà établis avec la Ville de Genève et le site ambitionne d’attirer diverses ONG et associations pour développer le panel des organismes à disposition des visiteurs. «Notre rêve, énonce Zoé Newton, c’est que notre plateforme s’étende à d’autres villes en Suisse ou à l’étranger et crée ainsi une communauté internationale d’entraide pour les jeunes.»

Voyage raté, opportunité crée

La plateforme Yusco n’aurait jamais dû voir le jour. Leurs créatrices étaient en effet censées durant ce semestre prendre part à un échange universitaire… malheureusement annulé pour cause de Covid. Du coup, l’UNIGE a proposé à ses étudiants d’utiliser ce temps soudainement à disposition pour monter un projet en collaboration avec des facultés, à l’étranger. C’est ainsi que Zoé Newton et Nina Carnal se sont mises à la tâche avec Greg Rabian, de l’Université de Montréal. «Son échange était aussi tombé à l’eau; l’alma mater canadienne lui a suggéré de prendre contact avec nous.»

Ton opinion

28 commentaires