24.09.2020 à 15:39

GenèveBicentenaire du Muséum: carte blanche à un artiste activiste

Outre trois expositions temporaires, la programmation prévoit des cycles de conférences pour s’interroger sur les grands défis environnementaux en compagnie d’éminents scientifiques, dont Jacques Dubochet.

L’artiste maori George Nuku a conçu une œuvre monumentale en bouteilles en plastique présentée au Muséum de Genève à l’occasion du bicentenaire de l’institution.

L’artiste maori George Nuku a conçu une œuvre monumentale en bouteilles en plastique présentée au Muséum de Genève à l’occasion du bicentenaire de l’institution.

KEYSTONE/MARTIAL TREZZINI

Pour célébrer ses 200 ans, le Muséum d’histoire naturelle de Genève présente trois nouvelles expositions qui mettent à l’honneur la beauté de la nature. A découvrir: un univers aquatique futuriste en plastique réalisé par le célèbre artiste activiste George Nuku.

L’installation de ce plasticien originaire de Nouvelle-Zélande, en résidence au Muséum depuis huit semaines, est monumentale. Des milliers de bouteilles en plastique ciselées et assemblées façonnent un monde sous-marin peuplé de poissons, de méduses, de requins et de récifs coralliens. L’éclairage en couleur renforce le côté poétique de l’œuvre.

«Je veux transformer la bouteille en plastique en trésor culturel», a expliqué jeudi cet artiste qui revendique son côté punk. «L’œuvre déclenche une prise de conscience intérieure par rapport à l’urgence environnementale», a souligné Pascal Moeschler, porte-parole du Muséum, lors de la présentation de l’exposition.

«Bouteille à la mer 2120, Te Ao Maori» a été montée avec la collaboration du Musée d’ethnographie de Genève (MEG) qui a prêté des objets maoris. Elle en est à sa douzième escale internationale depuis son lancement à Taipei en 2014. A Genève, George Nuku a été assisté par de nombreux bénévoles pour monter son œuvre qui dénonce au final l’accumulation des matières plastiques dans les écosystèmes.

Sur le vif

Autre exposition temporaire à visiter dès vendredi et jusqu’au 27 juin 2021: «Trésors. 200 ans d’histoire naturelle à Genève». Conçue comme un cabinet de curiosités, cette exposition présente 200 spécimens issus de la collection scientifique du Muséum, qui en compte 15 millions. Chaque spécimen a une valeur historique ou scientifique particulière.

Placés selon un ordre chronologique, ces spécimens sont tous au même niveau et participent de la même façon à la biodiversité, a relevé Alice Cibois, chargée de recherche au Muséum. Il s’agit de déconstruire le marketing de la biodiversité souvent basé uniquement sur des animaux considérés comme mignons à l’instar des pandas, a-t-elle précisé.

Enfin, la troisième exposition, qui rend hommage à la beauté de la nature, est une production du Natural History Museum de Londres. Cette institution organise chaque année un prestigieux concours de photographie de la vie sauvage. Le Muséum de Genève propose de découvrir les clichés lauréats de la 55e édition de ce concours. Prises sur le vif, ces photos rétroéclairées révèlent la beauté et les tragédies de la nature.

Un dôme géodésique

La programmation concoctée pour ce bicentenaire prévoit aussi des cycles de conférences pour s’interroger sur les grands défis environnementaux en compagnie d’éminents scientifiques, dont Jacques Dubochet. Une grande biosphère blanche sera installée dans différents endroits du grand Genève pour mieux se connecter à la nature à travers différentes animations. La première escale a lieu devant la nouvelle gare de Chêne-Bourg.

(ATS/NXP)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!
9 commentaires
L'espace commentaires a été desactivé

carte blanche

25.09.2020 à 13:57

et quoi encore, reprends ton plastique et fais des pulls fleece avec, que ça serve à quelque chose, j' aimerais aussi une carte blanche pour exposer les comptes bancaires suisses offshore, j' ai pas besoins de local pour cela juste un PDF sur le net

Bob

24.09.2020 à 19:01

Qu'ils ailles en Asie expliquer que les rivières ne sont pas des poubelles. Nous on nous l'a déjà faite, aux suivants.

Coyote

24.09.2020 à 18:31

Vous n'avez pas autre chose que des activistes à nous montrer dans cette société? Ils sont d'un puéril! Bon, on va dire que c'est un effet de mode.