Coronavirus - «Bien plus chers que les billets»: le prix des tests fait tiquer le boss d'Easyjet
Publié

Coronavirus«Bien plus chers que les billets»: le prix des tests fait tiquer le boss d'Easyjet

Le patron de la compagnie aérienne britannique a dénoncé mardi le coût «injuste» des tests de dépistage anti-coronavirus prévus par le gouvernement britannique pour faire redémarrer le trafic aérien.

Sur la BBC, Johan Lundgren, patron d’Easyjet, a estimé que demander deux tests de dépistage du Covid-19 aux voyageurs qui rentrent de pays à faible risque ne va entraîner une réouverture du trafic que «pour les gens qui peuvent se le payer».

M. Lundgren a estimé que les tests PCR requis (plus de 100 livres par test, soit 116 euros, selon les laboratoires) «sont bien plus chers que le prix moyen d’un billet d’Easyjet».

Si les voyageurs sont forcés de payer pour ces tests, «alors on ne rouvre pas les voyages internationaux pour tout le monde mais seulement pour les gens qui en ont les moyens», a poursuivi le patron de la compagnie à bas prix.

«Je ne pense pas que ce soit juste (...) et je ne pense pas que ce soit forcément la méthode privilégiée d’un point de vue médical et scientifique», a-t-il insisté.

Si le gouvernement choisit «de poursuivre dans cette voie et d’avoir des tests en place, cela devrait être (...) les tests antigéniques rapides à flux latéral, qui sont bien moins chers, plus accessibles, et utilisés pour rouvrir le secteur sur le territoire national par exemple», a-t-il conclu.

Le gouvernement a indiqué que le 17 mai était le plus tôt possible pour un redémarrage des voyages à l’étranger, interdits depuis le début du confinement début janvier.

Il prévoit un système de feu tricolore pour classer les pays selon le degré d’avancement de leur campagne de vaccination, leur taux de contaminations ou la présence de variants.

Les destinations vertes seront exemptes de quarantaine au retour, contrairement aux pays orange et rouge, mais pas de tests au départ et à l’arrivée. La liste des pays n’a pas encore été établie.

Pour M. Lundgren, voyager vers des pays présentant peu de risques sanitaires ne devrait pas faire l’objet de «complexités et coûts». Des propos soutenus également par le directeur général de Virgin Atlantic Shai Weiss, qui estime que les destinations «vertes» devraient inclure les Etats-Unis, Israël et les Caraïbes.

Plus de 31,4 millions de personnes ont déjà reçu un première dose de vaccin anti-Covid et 5,2 millions ont été totalement vaccinées au Royaume-Uni, pays le plus endeuillé d’Europe avec près de 127.000 morts.

Le Premier ministre Boris Johnson a réagi mardi aux propos de M. Lundgren face à des journalistes, en affirmant que son gouvernement voulait rendre «les choses aussi faciles que possible»: «Le patron d’Easyjet a raison de soulever ce sujet. On va voir ce que nous pouvons faire pour rendre les choses aussi souples et bon marché que possible".

ved/gmo/esp

EASYJET

RYANAIR HOLDINGS PLC

(AFP)

Ton opinion

94 commentaires