Hockey sur glace - Bienne a livré le match parfait à Fribourg, les autres Romands battus
Publié

Hockey sur glaceBienne a livré le match parfait à Fribourg, les autres Romands battus

Auteur d’une prestation défensive de haut vol, le HC Bienne s’est adjugé mardi soir, sur le plus petit des scores, le choc au sommet de National League. Lausanne, Genève et Ajoie ont perdu.

Michael Hügli a inscrit le seul but de la soirée.

Michael Hügli a inscrit le seul but de la soirée.

Urs Lindt/freshfocus

Il y a des soirs où il faut savoir s’incliner devant la rigueur du travail accompli par l’adversaire. Gottéron n’a pas réussi à inscrire le moindre but pour une seule et unique raison. Cela tient au fait que Bienne a livré le match parfait d’un point de vue défensif, simplement.

Ce duel au sommet de la 20e journée n’a en tout cas pas manqué de tenir en haleine la nombreuse assistance – on était proche d’un nouveau guichets fermés - durant l’heure de jeu. FR Gottéron a immédiatement imposé son rythme, sans parvenir pour autant à prendre le dessus sur la solide assise défensive biennoise. Emmenés par leur trio Sprunger-Schmid-DiDomenico, le plus actif mardi soir, les Dragons ont eu la maîtrise de la rondelle, l’absence de brèche dans le bloc adverse les a néanmoins empêchés de prendre les devants.

Le HC Bienne a de son côté tiré profit de l’une des premières ouvertures qui s’est offerte à lui. À la base, il y a eu un geste inspiré de Toni Rajala. La transversale du top scorer finlandais a trouvé Michaël Hügli à la réception après avoir traversé trois paires de jambes fribourgeoises (8e). 15 secondes plus tard, Mike Künzle a eu le 2-0 au bout de la canne, l’ailier a toutefois perdu son duel face à Reto Berra. L’équipe dirigée par Christian Dubé a tout entrepris pour revenir à la marque mais n’a pas su se montrer assez incisive dans ses desseins offensifs.

Les Seelandais ont manqué deux belles opportunités d’augmenter leur avantage peu avant la demi-heure. Tino Kessler a vu son envoi heurter la transversale de Berra (27e), avant que le gardien local n’intervienne en plongeant devant Yannick Rathgeb (29e). Mais comme Gottéron est une équipe de troisième tiers, la nombreuse assistance n’a pas laissé apparaître de signe d’inquiétude à la deuxième pause lorsque ses favoris, toujours menés au score et muets, ont regagné le vestiaire.

Reste que les Biennois ont maintenu leur ligne de conduite jusqu’au bout. Même la punition infligée à Rathgeb à cinq minutes du terme pour un (léger) coup de canne revanchard dans le bas-ventre de Chris DiDomenico n’a pas permis au leader du championnat de revenir à la hauteur de son invité.

Si FR Gottéron conserve la tête de la hiérarchie, il voit son adversaire revenir à deux longueurs.

On ne réveille pas un Ours qui dort…

Les Genevois avaient passé l’épaule avant que Berne ne se réveille.

Les Genevois avaient passé l’épaule avant que Berne ne se réveille.

Claudio De Capitani/freshfocus

C’est avec le feu aux fesses et des ambitions en berne que Ge/Servette a rejoint la capitale ce mardi, dans cette fosse où le SCB, tout aussi mal en point(s), avait également décrété l’état d’urgence. L’ex-multiple champion de Suisse fait actuellement beaucoup de peine à voir et pas uniquement à ses nombreux fans, qui l’ont fait d’ailleurs savoir ce lundi à la patinoire, en allant discuter avec leurs joueurs…

Convaincus qu’il y avait, face à cet adversaire aussi faible et en total manque de confiance, un bon coup à jouer, les Genevois qui navaient, du coup, pas le droit de perdre ce match-là. Conscients qu’on ne va pas à la chasse aux ours avec un couteau à beurre, les Grenat ont d’emblée montré les dents, avec beaucoup d’envie et d’intensité. Il y a bien longtemps qu’on n’avait pas vu des Aigles aussi concentrés et disciplinés, avec quatre lignes d’attaque tirant à la même corde où certains, montrés du doigt ces derniers temps, ont su élever leur niveau de jeu.

Si c’est Berne, grâce à un tir de Untersander, qui a rejoint la première pause avec un but d’avance, le visiteur, qui avait gâché quatre situations de power play - dont six minutes d’affilée avec un homme de plus - ne s’est jamais affolé, mais il y avait de quoi rager,après autant d’occasions manquées.

Dès la deuxième période, Il n’y avait toutefois plus qu’une équipe sur la glace. Ge/Servette avait fait du palet fédéral son royaume, à l’instar d’un Henrik Tömmernes impérial. C’est lui, le top scorer suédois, qui a égalisé, après un joli mouvement de Valtteri Filppula et Noah Rod, encore au four et au moulin ce mardi. Alors que Daniel Winnik avait semble-t-il inscrit le but de la victoire, ces trois points qui auraient fait tellement de bien dans la maison grenat, ce diable de Tristan Scherwey a trouvé le moyen de rallumer la flamme de l’espoir dans le dernier tiers. On ne réveille pas un Ours qui dort! Le match a alors tourné. Si grâce à un tout grand Gauthier Descloux lors de la prolongation et un coach challenge gagné par Pat Emond (pour une obstruction sur le gardien), les Servettiens ont bien cru qu’ils allaient au moins ramener deux points, Scherwey, encore lui, en a décidé autrement. Les Genevois ont toujours le feu aux fesses…

Lausanne n’a pas su profiter de son avantage

Zoug a retourné la situation à Lausanne.

Zoug a retourné la situation à Lausanne.

Estelle Vagne/freshfocus

L’occasion de confirmer la série positive lancée durant le week-end était belle. Privé de six attaquants majeurs (Lander, Kovar, Herzog, Senteler, Suri, Zehnder), puis d’un 7e avec la sortie sur blessure de Simion avant la mi-match, Zoug était prenable, mardi à la Vaudoise aréna. Mais Lausanne, battu en prolongation (3-4), n’a pas su en profiter pour aligner une 3e victoire. Et cela, alors qu’il menait 2-0 après le tiers initial.

Les Lions ont fait parler la plus grande profondeur de leur alignement lors des premiers shifts. En gardant la triplette de Christoph Bertschy pour la mettre face à l’inexpérimenté troisième trio zougois en début de rencontre, John Fust a opéré un choix tactique payant. Cela, grâce à une déviation victorieuse de Floran Douay sur un tir de Joël Genazzi, servi par Bertschy (2e 1-0).

Si la ligne 100% étrangère du LHC avait fait la différence samedi en Ajoie et dimanche contre Bienne, cette fois, ce sont les joueurs à licence suisse qui ont servi de guides. Confirmation avec la réussite de la deuxième unité de power play signée Lukas Frick, inscrite avec l’aide du très bon écran de Tim Bozon devant Leonardo Genoni (14e 2-0).

Bien lancé, Lausanne a toutefois été surpris d’entrée de période médiane (20e Simion 2-1). Pas de quoi lui faire perdre la maîtrise des événements. Sauf qu’à force d’imprimer une domination stérile, les Lions sont restés sous la menace des hommes de Dan Tangnes. Et ceux-ci ne se sont pas privés d’égaliser sur leur sixième tir cadré du tiers seulement, alors qu’on jouait la 37e (Cadonau).

Le match a pris une tournure encore plus inattendue à la 48e, lorsque le tir contré de Stadler (par le malheureux Douay, sorti sur blessure sur le coup) a terminé sa course au fond de la cage défendue par Luca Boltshauser. Mais le LHC a gardé la foi et il est allé chercher l’égalisation grâce à une déviation de Cody Almond, qui effectuait son retour au jeu (57e 3-3). Il a cependant cédé en prolongation sur un lancer de Martschini (62e).

Ajoie n’y arrive toujours pas

Titularisé pour la troisième fois de la saison dans le but jurassien, Viktor Östlund a été rapidement mis à contribution à la Cornèr Arena. Un bijou de combinaison entre Josephs et Morini a permis aux Luganais douvrir le score en supériorité numérique (4e, 1-0). Dix minutes plus tard, Jordane Hauert célébrait son 35e anniversaire de la pire des manières en offrant un but tout fait à Bertaggia et Herburger (14e, 2-0), alors quAjoie évoluait en supériorité numérique.

Dominés par des Tessinois entreprenants, incapables dinstaller proprement leur jeu de puissance, les Jurassiens nont pas vraiment montré grand-chose à Lugano. Le puissant tir du poignet inscrit par Fazzini en power play (26e, 3-0) semblait déjà être celui de trop pour Ajoie.

Dans un troisième tiers à sens unique, les Luganais ont sereinement géré leur avance. Un tir direct à bout portant dHudacek (42e, 4-0) et la réduction du score anecdotique de Devos (51e) ont conclu la septième défaite consécutive dAjoie en National League. La dernière victoire des Jurassiens en championnat remonte au 2 octobre et le succès 3-2 face à Langnau.

Au classement, Ajoie (9 points) reste solidement ancré au 13e et dernier rang, à 11 points de Langnau (10e), qui occupe la dernière place qualificative pour les pré play-off. Ce vendredi, les Ajoulots reçoivent Zurich (19h45).

Ambri et Rapperswil s’imposent

Ambri (7e, 27 points) s'accroche au wagon de tête de National League après sa victoire 3-1 à domicile contre Langnau, grâce à des buts de Kneubühler, Bürgler et Grassi. De son côté, Rapperswil a eu besoin des tirs au buts pour venir à bout de Zurich au Hallenstadion (3-4). Les Lions avaient arraché un point à la 60e (57'29'') par Chris Baltisberger. L'ancien Fribourgeois Roman Cervenka a donné la victoire à Rappi lors de la séance de tirs aux buts.

(JBO/CMA/JRE/BMO)

Ton opinion

4 commentaires