Bienne: Lente décrue du lac - maisons encore inondées
Actualisé

Bienne: Lente décrue du lac - maisons encore inondées

La situation autour du lac de Bienne ne se détend que lentement.

Le niveau du lac s'est stabilisé mais reste à un niveau particulièrement haut. De nombreuses maisons sont encore inondées et quelques communes sont toujours sans électricité.

Le haut niveau du lac empêche les troupes d'intervention d'entrer en action, a indiqué samedi à l'ATS Werner Könitzer, conseiller communal de Nidau (BE). Avant que le pompage puisse commencer, le lac doit encore descendre de dix à vingt centimètres. Actuellement, les pompiers se trouvent en «standby» et observent la situation.

Ce temps d'attente peut s'avérer encore long. Même si les niveaux des lacs de Neuchâtel et de Bienne sont maintenant très proches, le premier évacue toujours son eau dans le second au travers du canal de la Thielle. Tant que cela dure, la décrue du lac de Bienne ne s'effectuera que très lentement, a expliqué M. Könitzer.

Lente normalisation de la situation

Dans quelques communes, le courant électrique n'a toujours pas été rétabli. Selon Werner Könitzer, cette situation devrait durer jusqu'à lundi au moins. Les installations électriques doivent encore être contrôlées et nettoyées.

«Cela durera encore quelques jours avant que nous connaissions à nouveau une situation à peu près normale», a-t-il annoncé. Il estime qu'environ 600 maisons ont été inondées et que la plupart d'entre elles le sont encore.

La situation autour du canal de Hagneck s'est en revanche détendue. Jeudi, les autorités craignaient une rupture du barrage. Depuis 2005, les organes concernés avaient reconnu qu'un assainissement du canal était nécessaire.

Une planification générale est d'ailleurs en cours. Jusqu'à la fin de l'année, deux variantes doivent être transmises aux ingénieurs. Dans le meilleur des cas, les travaux débuteront en 2010.

Werner Könitzer est satisfait que la Confédération ait pris conscience du problème. En exigeant un assainissement du canal de Hagneck, il est possible que Berne subventionne en partie ce projet. «Le canton de Berne ne pourra certainement pas financer à lui tout seul des travaux de cette envergure», a-t-il estimé.

Prévisions imprécises de l'OFEV

La réglementation des eaux dans le canton de Berne a une fois de plus échauffé les esprits. Le canton d'Argovie considère que le gouvernement bernois a brisé la «convention de Murgenthal», un accord intercantonal qui limite le débit d'eau évacué depuis le lac de Bienne. Selon lui, la quantité a été trop importante, provoquant des inondations de communes argoviennes.

De son côté, l'Office de l'économie hydraulique bernois déclare s'être basé sur les prévisions de l'Office fédéral de l'environnement (OFEV). Le vice-directeur de celui-ci a entre temps admis avoir communiqué des estimations imprécises concernant le débit des cours d'eau.

A la télévision alémanique, il a confirmé que le canton de Berne a correctement suivi la procédure. L'OFEV avait en effet prédit une montée des eaux plus tardive. Werner Könitz estime que le système de prévention de la Confédération devra être affiné à l'avenir.

(ats)

Ton opinion