Vélos en libre service: Bienne veut aussi son système de «vélib»
Actualisé

Vélos en libre serviceBienne veut aussi son système de «vélib»

La ville de Bienne veut se doter d'un système de prêt de vélos en libre service.

Les utilisateurs disposeraient d'une flotte de 400 vélos répartis sur 50 stations.

Il s'agit de mettre à disposition de la population et des touristes des vélos qui peuvent être empruntés à un endroit et restitués à un autre. Ce système devrait compléter l'offre de moyens de transports publics et réduire le trafic motorisé privé. Une carte magnétique permettra de libérer un vélo de sa station.

«La ville de Bienne pourra être qualifiée de la ville du vélo», a estimé le directeur des travaux publics Hubert Klopfenstein. Avec cette démarche, elle veut éviter de rester à l'écart d'un système de prêt qui ne cesse de se développer en Suisse. «Il s'agit d'un complément à l'utilisation du bus», a expliqué le responsable de l'urbanisme François Kuonen.

Trajet urbain

Les autorités biennoises espèrent que le prêt de vélos permettra de remplacer les petits trajets en voiture. Ce système n'est pas prévu pour effectuer des randonnées à vélo ou pour absorber les flots de pendulaires. Le Conseil de ville se prononcera en octobre sur ce crédit. La phase test pourrait débuter cet hiver.

Le budget est de 900'000 francs. Grâce au soutien financier de la Confédération et d'une importante entreprise, le coût pour Bienne s'élève à 540'000 francs. Compte tenu des recettes attendues, les investissements atteindront finalement quelque 240'000 francs. Des entreprises pourront financer des vélos et ensuite les utiliser comme support publicitaire.

Modèle en Suisse romande

De tels systèmes de vélos en libre service ont été introduits avec succès dans plusieurs villes européennes. Ils en sont parfois même devenus un élément significatif de l'image. En Suisse romande, des villes comme Lausanne et Morges ont introduit le système italien «bicincittà» proposé par l'organisation «Lausanne Roule».

Le système de prêt envisagé à Bienne se distingue de ce modèle par son réseau très étoffé et surtout par ses coûts d'infrastructures moins élevés. La cité bilingue intègre en effet les stations de prêt dans des places de stationnement pour vélos existantes. La maintenance sera confiée à des chômeurs.

(ats)

Ton opinion