Actualisé 12.01.2016 à 11:01

Exploration spatialeBientôt des pommes de terre sur Mars ?

La Nasa et un centre de recherche lanceront fin janvier une étude au Pérou pour savoir si la patate peut être cultivée sur Mars.

(Image fournie par la Nasa, prise par la sonde Curiosity, sur Mars - novembre 2015)

(Image fournie par la Nasa, prise par la sonde Curiosity, sur Mars - novembre 2015)

photo: AFP

Peut-on cultiver de la pomme de terre sur Mars? La Nasa et le Centre international de la pomme de terre vont tenter de le découvrir en lançant fin janvier au Pérou des recherches sur le sujet, a indiqué jeudi à l'AFP un scientifique péruvien.

Au sein du Centre international de la pomme de terre (CIP), un espace «avec les conditions atmosphériques, la température, la gravité, le sol et les niveaux de radiation comparables à ceux du sol martien» sera créé, a affirmé un scientifique péruvien associé au projet, Julio Valdivia Silva.

Le scientifique a assuré avoir trouvé dans la région d'Arequipa (sud), dans une zone aride de la pampa un sol aux caractéristiques très similaires à celui prélevé sur Mars par la sonde Curiosity.

Sol (presque) martien

Il a précisé que depuis 2005 plusieurs publications scientifiques confirment ces similitudes.

«Environ 80 kg de la terre de la Pampa de la Joya seront apportés à Lima», a-t-il détaillé.

Les recherches commenceront fin janvier et verront dans un premier temps collaborer deux scientifiques de la Nasa, neuf chercheurs du CIP et un spécialiste de Dubaï (Emirats arabes unis).

Le chercheur a précisé que le CIP a sélectionné neuf variétés de pomme de terre pour la première phase, dont les résultats seront connus en mars.

«Un bon résultat pour nous sera de voir qu'une plante a poussé, et ensuite on pourra passer à la phase suivante», a-t-il ajouté.

Patate péruvienne vedette

La pomme de terre péruvienne, qui peut pousser à plus de 4000 m d'altitude, a été choisie parce qu'elle est un tubercule très résistante qui a réussi à s'implanter dans la majorité des écosystèmes du monde, a expliqué Julio Valdivia Silva.

Le CIP, fondé en 1971, est un des plus grands laboratoires au monde spécialisé dans les tubercules. Il possède une base de données génétique de plus de 4000 variétés de pommes de terre. (nxp/afp)

(NewsXpress)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!