Actualisé 26.07.2018 à 15:11

Suisse

Bientôt des rentes de «misère» à la retraite?

Les retraités touchent des rentes toujours plus maigres. Au point que les salariés qui gagnent bien leur vie devront apprendre à vivre modestement après 65 ans.

de
cht/nxp
Il faut que les Suisses se préoccupent plus tôt de leur retraite et commencent à épargner plus vite aussi.

Il faut que les Suisses se préoccupent plus tôt de leur retraite et commencent à épargner plus vite aussi.

Keystone

Il est Suisse et il gagnait plus de 6500 francs par mois à l'âge de 65 ans. Il a cotisé toute sa vie à sa caisse de pension. Ce citoyen lambda est désormais à la retraite. Et il ne touche plus que 4230 francs par mois, soit autant qu'un working-poor en Suisse. Ceci alors que sa rente AVS est pourtant au maximum. Ces chiffres ont été calculés par l'Union syndicale suisse (USP), sur la base de données fédérales.

Et c'est inquiétant, souligne jeudi le Tages-Anzeiger. Pour la première fois depuis l'introduction de la prévoyance vieillesse obligatoire, les pensions des retraités ont diminué fortement ces dernières années.

Selon une étude de Swisscanto, la rente moyenne que touche un retraité (1er et 2e piliers) est passée de 5357 francs en 2013 à 4741 francs en 2017. Soit une baisse de 600 francs par mois en 4 ans. Et ce n'est pas fini, selon la Fondation collective qui gère la prévoyance professionnelle de plus de 50'000 salariés en Suisse.

Revenus moyens touchés aussi

Cette baisse ne se fait pas sentir uniquement sur les petits salaires ou ceux qui ont connu des interruptions de carrière. «Même les personnes ayant un revenu moyen n'ont plus qu'une rente de vieillesse de l'ordre d'un salaire faible après la retraite», souligne Felix Wolffers, co-directeur de la Conférence suisse des institutions d'action sociale (CSIAS).

Et avec une rente de 4230 francs par mois, un retraité doit vivre très modestement aujourd'hui, explique Max Klemenz, coresponsable du conseil en matière d'endettement dans le canton de Zurich. Il fait le calcul: si on déduit les dépenses obligatoires - impôts, loyer, assurance maladie, etc, il reste 1800 francs pour vivre. Soit pour payer la nourriture, les boissons, les habits, les assurances, le téléphone, Internet, les frais de transport et ceux de santé. Impossible de mettre encore quelque chose de côté. Il faut donc apprendre à vivre modestement une fois à la retraite, estime-t-il.

60% du dernier salaire

Pourtant notre système de sécurité sociale est censé permettre aux assurés de maintenir leur niveau de vie après la retraite. C'est même dans la Constitution, souligne le Tagi. L'addition des rentes de la prévoyance professionnelle et de l'AVS doit en effet correspondre au minimum à 60% du dernier salaire. En 2013, les pensions étaient encore si élevées qu'elles correspondaient à plus de 80% du salaire, selon Swisscanto. Ce chiffre est tombé à 71% l'an dernier. Et de nombreuses rentes sont déjà inférieures aujourd'hui à ce taux, en particulier pour les revenus élevés.

Les retraités vont-ils devoir dépendre de l'aide sociale du coup dans le futur? Pour l'instant non, car ils peuvent demander actuellement des prestations complémentaires (PC) pour compléter leurs rentes si besoin, soulignent les spécialistes. Mais si celles-ci continuent de diminuer, de plus en plus de seniors vont devoir faire appel aux PC. Ce qui fait que ces dernières, sous pression, pourraient bien être revues à la baisse, craignent-ils.

«Epargner plus tôt»

Selon Thomas Gächter, professeur du droit de la sécurité sociale à l'Université de Zurich, «si rien ne se passe, nous deviendrons un peuple de bénéficiaires de prestations complémentaires». Aujourd'hui déjà, 12 % des retraités, soit 204'800 personnes, dépendent d'elles.

Comment faire alors pour ne pas se retrouver en situation délicate à l'heure de la retraite? «Il faut que les assurés s'inquiètent plus tôt de leur 2e pilier pour pouvoir compenser la baisse des rentes», conseille René Raths de Swisscanto. Et surtout, il faut que les Suisses commencent à épargner plus tôt. «Si on ne se met à calculer qu'à 55 ans ce que l'on va toucher à la retraite, c'est déjà trop tard», prévient-il.

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!