Bienvenue dans le monde singulier de Poupie
Publié

Premier albumBienvenue dans le monde singulier de Poupie

La chanteuse française est en train de se faire un nom grâce à son premier album, «Enfant roi».

par
Fabien Eckert
L’inclassable chanteuse aime se jouer des codes musicaux et vestimentaires. 

L’inclassable chanteuse aime se jouer des codes musicaux et vestimentaires. 

Nickolas Lorieux

Le public avait découvert la Lyonnaise, 23 ans, dans «The Voice» en 2019. Depuis lors, Poupie s’est affirmée. Elle assume plus que jamais son extravagance, musicale et vestimentaire, qui pour elle est synonyme de liberté. Parole à cette tornade au timbre éraillé.

Parlez-nous de votre bagage musical et de votre parcours.

J’ai commencé assez tôt, avant mes 10 ans, avec du piano. Ça m’a toujours suivie, mais surtout comme un hobby, jusqu’à l’obtention de mon bachelor en management. Après quoi je me suis lancée à fond dans la musique. Ce premier album était comme une étape obligatoire dans ma carrière. J’ai aujourd’hui un sentiment de plénitude. J’espère qu’il y en aura beaucoup d’autres.

«Enfant roi», ça fait référence à quoi pour vous?

À une dualité entre l’enfant et le roi. C’est une bonne définition de mon cerveau.

L’enfant roi fait aussi ce qu’il veut. Ce sentiment de liberté colle avec votre musique?

Complètement. La liberté est même le thème principal de l’album. C’est elle qui régit ma vie. Je ne me suis jamais sentie emprisonnée. Ça se traduit aussi dans mes looks un peu foufous. Il n’y a pas de différence entre Poupie la chanteuse et Poupie l’être humain. Je voulais le faire transparaître dans mon disque.

D’où vient le côté latino de vos morceaux?

J’ai beaucoup voyagé dans ma vie. Aux Canaries, j’ai découvert la culture reggaeton et hispanique. J’ai beaucoup aimé et je m’en suis directement inspirée en écoutant Daddy Yankee ou Bad Bunny. Je n’ai parlé qu’espagnol durant un an. Raison pour laquelle je chante aussi dans cette langue. Il fallait que je l’incorpore si je voulais que ma musique ressemble à ma vie.

Parlez-nous de votre duo avec Jul sur «Feux».

Je l’ai contacté via Instagram. Je lui ai dit que j’avais écrit une chanson qui pourrait coller avec son univers. Il a été très réactif. Une collaboration, pour moi, ce n’est pas juste la réunion de deux noms. C’est la connexion de deux mondes pour en faire un nouveau.

Justement, si on devait résumer le monde de Poupie en une seule petite phrase...

Alors ça, ce n’est pas facile! Je dirais que c’est un monde singulier qui accueille toute personne qui veut bien y entrer.  

Ton opinion

1 commentaire