New York: Big Apple met le grappin sur Röthlin
Actualisé

New YorkBig Apple met le grappin sur Röthlin

Le compte à rebours en vue du marathon de New York, le 7 novembre, a commencé pour Viktor Röthlin.

La directrice de l'épreuve, Mary Wittenberg, s'est expressément déplacée à Zurich pour dire l'importance que revêt à ses yeux l'engagement du champion d'Europe, qui sera l'une des principales vedettes de la 41e édition après Haile Gebrselassie. «Nous aurons cette année le meilleur plateau de l'histoire à New York. Nous tenions à présenter le meilleur marathonien européen (Röthlin), en plus du meilleur coureur de tous les temps (l'Ethiopien Gebrselassie) et du tenant du titre (l'Américain Meb Keflezighi», a souligné Mme Wittenberg.

Röthlin a longtemps hésité avant d'établir son programme. S'il a opté pour New York, «c'est d'abord pour des raisons sportives et non financières», assure l'Obwaldien. «Ma prime de départ n'atteindra de loin pas une somme à six chiffres (100'000 dollars).»

Reste qu'avec les primes d'arrivée (40'000 dollars pour le 3e, par exemple) et les bonus en fonction du chrono, l'affaire vaudra la peine pour le médaillé de bronze mondial 2007. Il se trouve que New York et le recordman de Suisse partagent le même sponsor principal (Asics), ce qui a facilité les choses. Contractuellement, l'Obwaldien est tenu par son équipementier de disputer soit Tokyo - qu'il avait remporté en 2008 en 2h07'23 -, soit New York.

L'athlète d'Alpnach aime «Big Apple», son ambiance de folie et son parcours final tourmenté dans Central Park, qui valorise l'intelligence de course et rend le chrono secondaire. Il a le profil de l'emploi pour un exploit. Mais où se situe-t-il, un mois et demi après son triomphe aux Européens à Barcelone?

«Franchement, aucune idée», dit-il. «J'en saurai plus après ma course de demain (ndlr: il dispute samedi le semi-marathon du Greifensee/ZH). Mais je n'ai jamais aussi bien récupéré d'un marathon que cette fois après Barcelone.»

(si)

Ton opinion