Vaud: Bilan carbone: les agriculteurs pensent être une partie de la solution
Publié

VaudBilan carbone: les agriculteurs pensent être une partie de la solution

Les tests effectués sur 20 exploitations révèlent les véritables taux de gaz présents dans les sols. Ces premiers résultats encouragent l’agriculture à en faire davantage en faveur du climat.

«L’agriculture est émettrice de carbone, mais elle fait aussi partie de la solution», explique Prométerre.

«L’agriculture est émettrice de carbone, mais elle fait aussi partie de la solution», explique Prométerre.

AFP / @Fabrice Coffrini

Aujourd’hui, les émissions de gaz à effet de serre de l’agriculture vaudoise représentent environ 11% du total cantonal. C’est le bilan carbone, présenté jeudi, dans le cadre d’un nouveau projet piloté par l’Association Prométerre, en collaboration avec le canton de Vaud et l’HEPIA (Haute école du paysage, d’ingénierie et d’architecture). Depuis l’automne dernier, des analyses précises du sol ont été effectuées sur 20 exploitations près de Cossonay ainsi que sur La Côte. Celles-ci ont permis de mettre en évidence les changements à entreprendre afin de réduire les émissions de gaz.

«L’Arc lémanique sera plus touché par le réchauffement climatique que le reste de la Suisse. Une situation qui compromet l’avenir de certaines productions agricoles», explique Prométerre. Sur ce constat, les paysans ont décidé d’œuvrer pour atteindre les objectifs fixés par le Plan climat vaudois. «Le secteur se prend en main et désire mettre une pierre à l’édifice», annonce l’association vaudoise de promotion des métiers de la terre.

Une empreinte carbone quasi neutre

En effet, l’agriculture est une activité économique capable d’éviter que les émissions ne s’échappent dans l’air. Grâce au processus de la photosynthèse qui absorbe le dioxyde de carbone (CO2). Prométerre s’engage à accompagner les familles paysannes à atteindre ce but. Selon l’Association vaudoise, l’usage de techniques plus ciblées pourrait faire que l’empreinte carbone soit quasi neutre. Un exemple parmi les solutions proposées: la culture sans labour qui favorise la préservation des sols. 

La démarche se veut accessible à tous les professionnels vaudois. Mais ces nouveaux dispositifs ne pourront être mis en place que si les filières agricoles décident de changer certaines de leurs pratiques. Dans les mois à venir, une plateforme nommée «Agriculture & Climat» va voir le jour. Elle aura pour but d’identifier les actions concrètes à développer durant la prochaine décennie, pour permettre à l’agriculture de produire de façon toujours plus responsable et organique.

(BAO/Comm.)

Ton opinion

13 commentaires