Actualisé 10.03.2006 à 18:20

Bilan en Suisse après trois semaines d'analyses

L'Office vétérinaire fédéral (OVF) a établi le 10 mars le bilan des analyses menées en Suisse depuis le 17 février 2006 en lien avec la grippe aviaire.

Pas moins de 405 échantillons ont prélevés sur des oiseaux sauvages. Dix oiseaux étaient porteurs du virus.

Les tests ont été réalisés sur 152 canards, 72 cygnes, 56 foulques, tous des oiseaux d'eau, ainsi que sur 26 rapaces, 26 passereaux, 21 mouettes et d'autres espèces sauvages. Parmi les 10 cas positifs au virus H5, on compte 4 canards, 3 foulques, 1 grèbe et 2 cygnes. Certaines victimes sont des migrateurs, d'autres des espèces sédentaires.

A ce jour, le laboratoire londonien de Weybridge n'a confirmé que le cas du harle bièvre genevois comme relevant de la forme hautement pathogène H5N1. «Les résultats pour les neuf autres cas en suspens se font attendre mais la probabilité de trouver le virus H5N1 est très forte», a indiqué la porte-parole de l'OVF Cathy Maret.

Rôle annexe du virus

La quantité de virus détectée semble être plus faible que celle trouvée sur les oiseaux sauvages de l'Ile de Rügen, en Allemagne, poursuit l'OVF dans son communiqué. Cela pourrait indiquer que les 10 oiseaux positifs ne sont pas morts de la grippe aviaire ou que la grippe aviaire n'a joué qu'un rôle annexe dans leur décès.

Un chat a également été testé, car il était entré en contact direct avec un oiseau positif à la grippe aviaire : le test est négatif et le petit félin en bonne santé.

Le programme de surveillance se poursuit pour mieux estimer la répartition du virus dans la population des oiseaux sauvages. La vigilance sur le terrain est élevée. L'OVF rappelle que l'objectif premier des mesures prises est d'éviter la propagation du virus dans les élevages.

(ats)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!