Le Caprices est passé par toutes les émotions
Publié

Caprices FestivalBilan radieux malgré un premier week-end compliqué

Le Caprices Festival, à Crans-Montana (VS), s’est terminé le 17 avril 2022. Le premier de ses deux week-ends a été perturbé par la météo.

par
Fabien Eckert

Le festival électronique, qui a fait sensation avec son dancefloor sous un dôme, est passé par toutes les émotions lors de sa 19e édition qui s’est clôturée dimanche 17 avril 2022. Son premier week-end, durant lequel se sont produits notamment le prof de ski et DJ Giorgio Maulini, ainsi que la Roumaine star de la techno Nusha, a été émaillé par les caprices de la nature. «Malgré tout, c’est un excellent bilan avec 20’000 visiteurs. Pour cette première année sans Covid, on est très content du résultat», se félicite Joseph Bonvin, président du Caprices Festival. Léger bémol toutefois: les festivaliers ont tardé à acheter leur billet. «Il y a toujours une incertitude liée à la situation sanitaire. En revanche, une fois que le public était là, c’était la grande fête. Les gens se sont lâchés et étaient heureux de se retrouver», affirme le Valaisan.

Si le sourire était de mise à l’heure du bilan, il n’en était pas de même une semaine auparavant. Le vent et la neige sont venus jouer les trouble-fêtes. La scène Modernity, située en altitude, n’a pas pu ouvrir le vendredi 8 et le samedi 9 avril 2022.  «Il y a eu des décisions à prendre très rapidement. On s’est réuni avec le comité, on a contacté notre assurance et ainsi on a pu transférer la programmation prévue en altitude sur la scène située en station. En tant qu’hôtelier, j’adore ces situations. On travaille toujours dans la réaction», relate Joseph Bonvin. Pierre Winthrop, membre du comité en charge des infrastructures, détaille: «La météo a tourné en moins de 24 heures. Le plus gros problème était le vent en plus d’énormes chutes de neige, près de 1,50 m en une nuit. Des rafales entre 90 et 120 km/h ont endommagé nos structures. On s’est retrouvé avec de la neige dans la cabine DJ». L’architecte de profession précise aussi qu’il était de toute façon inconcevable d’ouvrir au public: «Même si les remontées mécaniques nous ont dit qu’on aurait éventuellement pu monter les gens, on n’avait aucune garantie de pouvoir les redescendre avec un tel vent. C’était un risque qu’on n’avait pas le droit de prendre. On ne peut pas jouer avec la vie du public. Imaginez 2500 personnes bloquées à près de 2500 m d’altitude».

Côté sous, le budget de 2,2 millions de francs sera tenu, malgré les impondérables du premier week-end. «On a aucun souci financier à ce niveau-là», assure encore Joseph Bonvin. Le président annonce, en outre, qu’une édition automnale aura lieu du 16 au 18 septembre 2022: «Il y aura toujours deux scènes, une en altitude à Cry d’Er et une sur le parking de Cry d’Er comme cette année. Reste juste encore à dimensionner cette dernière. On le fera en temps voulu».

Une star des platines blessée à ski

Le Germano-chilien Ricardo Villalobos, 51 ans, s’est déchiré les ligaments croisés du genou droit sur les pistes de Crans-Montana (VS).

Le Germano-chilien Ricardo Villalobos, 51 ans, s’est déchiré les ligaments croisés du genou droit sur les pistes de Crans-Montana (VS).

Instagram

Comme si les aléas de dame Nature ne suffisaient pas, le Caprices a fait face à un autre imprévu: la défection à la dernière minute de Ricardo Villalobos qui aurait dû se produire le 15 avril 2022. «Ricardo a fait du ski, comme la plupart des artistes qui jouent chez nous. Malheureusement, il s’est blessé sur les pistes. Il s’est déchiré les ligaments croisés», détaille Maxime Léonard, fondateur et directeur artistique. Le Valaisan précise que «de mémoire», c’est la première fois que ça arrive à un DJ prévu sur l’affiche. «On ne peut pas leur interdire d’aller skier. Ça fait partie du charme d’un festival comme le nôtre». Pour son bilan, Maxime retiendra les sets de Jamie Jones, Amémé, «qui ont apporté une énergie positive», Fumiya Tanka, Tale of Us ou Jenia Tarsol. «C’était un beau voyage musical, très panaché, avec des musiques très différentes d’un jour à l’autre», résume-t-il.

 

Ton opinion

3 commentaires