Birmanie: la junte procède à de nouvelles arrestations

Actualisé

Birmanie: la junte procède à de nouvelles arrestations

La junte militaire au pouvoir en Birmanie a procédé à de nouvelles arrestations mercredi alors que le jour n'était pas encore levé.

Et cela en dépit des nombreuses protestations de la communauté internationale.

Au moins huit camions remplis de prisonniers sont partis du sud de Rangoun, la plus grande ville du pays, ont rapporté des témoins.

Dans une maison située près de la pagode Shwedagon, principal sanctuaire bouddhiste du pays et point de départ des défilés quotidiens de moines contre la junte, il ne reste plus qu'une jeune fille de 13 ans. Ses parents ont été emmenés au milieu de la nuit, a-t-elle dit.

Nombre de manifestants arrêtés?

Personne ne sait où ils ont été emmenés. On ne connait pas non plus le nombre de manifestants arrêtés depuis le début du plus vaste mouvement pour la démocratie organisé dans le pays depuis 20 ans. Selon Paulo Sergio Pinheiro, rapporteur spécial de l'Onu sur les droits de l'homme en Birmanie, ils seraient «des milliers».

La répression du mouvement de contestation se poursuit alors que la visite de l'émissaire spécial de l'Onu, Ibrahim Gambari, qui a rencontré le général Than Shwe, chef de la junte et l'opposante Aung San Suu Syi, semblait avoir permis de légers progrès.

Selon des sources onusiennes, il devrait revenir en novembre en Birmanie, où les généraux sont généralement peu soucieux de l'opinion internationale et autorisent rarement la venue d'émissaires de l'Onu.

M. Gambari se trouve actuellement à Singapour où il doit renconter le Premier ministre Lee Hsien Loong avant de rentrer à New York. (ats)

Ton opinion