Biathlon: Bjoerndalen élu nouveau roi des Jeux d'hiver
Actualisé

BiathlonBjoerndalen élu nouveau roi des Jeux d'hiver

Le Norvégien est entré mercredi dans l'Histoire olympique en décrochant sa 13e médaille en carrière. Il détrône ainsi son compatriote Björn Daehlie, le fondeur aux 12 breloques.

«OEB» s'est inscrit dans la légende à Sotchi.

«OEB» s'est inscrit dans la légende à Sotchi.

Ole Einar Bjoerndalen est entré dans l'histoire en devenant, à 40 ans, le sportif le plus médaillé de l'histoire aux JO d'hiver à l'issue du relais mixte de biathlon à Sotchi. Le patriarche de la discipline a décroché sa 13e médaille, la 8e en or, en remportant le titre avec la Norvège, devant la République tchèque (à 32'') et l'Italie.

Bjoerndalen détrône au Panthéon des Jeux d'hiver son compatriote skieur de fond Björn Daehlie, qui en est resté à douze médailles olympiques dans sa carrière.

L'ogre du biathlon effectue à Sotchi un retour au premier plan relativement inattendu, au nez et à la barbe de la nouvelle génération. Déjà titré lors du sprint en ouverture, il est ensuite rentré dans le rang lors des trois épreuves individuelles qui ont suivi mais a ressurgi à l'occasion de ce relais mixte. Il s'est montré impeccable, notamment en enchaînant les tirs à la vitesse de l'éclair. Le Norvégien faisait équipe avec Emil Hegle Svendsen, Tora Berger et Tiril Eckhoff.

C'est la première fois que le relais mixte figurait au programme olympique.

Bjoerndalen étale sa domination sur trois décennies, puisqu'il a glané son premier titre olympique à Nagano en 1998. Il a connu son apogée à Salt Lake City en 2002, avec quatre médailles d'or, avant de faiblir un peu à Turin en 2006 (trois podiums mais pas de titre), pour regoûter aux joies de la victoiresà Vancouver (une fois) et à Sotchi (deux fois).

«Accessoirement», il a accumulé aussi 19 couronnes mondiales et 94 victoires en Coupe du monde (plus qu'Ingemar Stenmark en slalom). Björndalen pourra encore étoffer sa collection à l'occasion du relais masculin, dimanche.

Le relais suisse n'a jamais été dans le coup. Elisa Gasparin a commis d'entrée deux fautes au tir (couché), lançant ensuite avec beaucoup de retard sa soeur Selina, qui n'a pas pu revenir. Benjamin Weger et Simon Hallenbarter n'ont pas pu empêcher les minutes de défiler (14e rang final pour la Suisse sur 16 équipes, à 4'42).

La France de Martin Fourcade, affaibli par une sinusite, a aussi fini assez loin (7e). (ats)

Ton opinion