Actualisé 01.05.2011 à 08:40

Discrimination à la FFFBlaquart suspendu de ses fonctions de DTN

François Blaquart, le directeur technique national (DTN) de la Fédération française (FFF), a été suspendu de ses fonctions, avec effet immédiat, ont indiqué le ministère des Sports et la FFF.

«Chantal Jouanno, ministre des Sports et Fernand Duchaussoy, président de la FFF, ont décidé d'un commun accord que soient suspendues, avec effet immédiat, les fonctions de DTN de François Blaquart, ceci dans l'attente des conclusions des enquêtes menées par la FFF (dirigée par M. Patrick Braouezec, président de la Fondation du Football) et par l'IGJS (Inspection générale de la jeunesse et des sports), qui rendront leurs conclusions sous huit jours», ont indiqué les deux instances dans un communiqué.

«La FFF réaffirme (...) qu'aucune de ses instances dirigeantes élue n'a validé, ni même envisagé une politique de quotas au recrutement de ses centres de formation.»

Cette suspension intervient après la révélation samedi, par le site internet français Mediapart, d'un dialogue entre les plus hauts cadres techniques de la FFF, dont le sélectionneur Laurent Blanc et le DTN François Blaquart, visant à limiter le nombre de joueurs à la double nationalité dans les centres de formation lors d'une réunion en novembre 2010.

«Il ne faut pas que ce soit dit»

Dans le dialogue publié par le site, François Blaquart, déclare: «On peut s'organiser, en non-dit, sur une espèce de quota. Mais il ne faut pas que ce soit dit.»

Après des premières révélations de Mediapart jeudi, Blaquart avait démenti, lors d'une conférence de presse vendredi, la mise en place de quotas discriminatoires à la FFF.

«Bien sûr que je démens, avait-il déclaré. Venez voir toutes nos actions. C'est une évidence. Ni centre de formation, ni Pôle espoirs (n'ont reçu de telle consigne de quotas).»

François Blaquart, 56 ans, était DTN par intérim à l'époque des faits, en novembre 2010. Il a été nommé Directeur technique national le 25 février, en remplacement de Gérard Houllier, parti entraîner le club anglais d'Aston Villa.

Document compromettant

Le document à l'origine de la tempête retranscrit une discussion aux fondements techniques et juridiques avant de s'engager sur les joueurs français d'origine étrangère et de «dériver sur les 'blacks', sur les 'beurs', sur les 'blancs'», écrit Mediapart, qui déclare disposer d'un «élément matériel irréfutable» sans parler d'enregistrement.

Dans la foulée du fiasco des Bleus à la Coupe du Monde 2010, il est question de favoriser l'entrée en formation de joueurs techniques plutôt que de privilégier des critères de sélection athlétiques. Ceci dérape, selon la transcription publiée par Mediapart, sur des stéréotypes racistes.

Laurent Blanc déplore que le type de joueur formé s'uniformise. «Qu'est-ce qu'il y a actuellement comme grands, costauds, puissants ? Les Blacks (...). Je crois qu'il faut recentrer, surtout pour des garçons de 13-14 ans, 12-13 ans, avoir d'autres critères, modifiés avec notre propre culture», dirait, selon ce verbatim, le sélectionneur.

«Les Espagnols, ils m'ont dit: 'Nous, on n'a pas de problème. Nous, des Blacks, on n'en a pas'», ajoute-t-il.

Les protagonistes se penchent d'autre part sur le problème des binationaux ou pouvant prétendre à une double nationalité. Erick Mombaerts, entraîneur de l'équipe de France espoirs, propose de «limiter» à 30% leur proportion dans les effectifs des centres de formation.

Laurent Blanc s'y dit favorable. Le directeur technique François Blaquart dit alors: «On peut s'organiser, en non-dit, sur une espèce de quota. Mais il ne faut pas que ce soit dit.»

Francis Smerecki, sélectionneur des moins de 20 ans d'origine polonaise, souligne que l'idée est «discriminatoire» et qu'elle risque de démunir les clubs, la formation n'étant pas destinée qu'à la sélection nationale, remarque-t-il.

«Quelque part, puisque certains avancent le nombre de 30%. C'est qu'on veut s'en séparer, d'une manière ou d'une autre. Il faut être concret», dit-il. (ats)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!