Football international: Blatter contre «l'excès» de naturalisations de joueurs sud-américains
Actualisé

Football internationalBlatter contre «l'excès» de naturalisations de joueurs sud-américains

Le président de la FIFA Sepp Blatter souhaite prendre des mesures pour lutter contre l'octroi excessif de la nationalité de pays européens aux joueurs sud-américains.

«Il y a un excès de joueurs sud-américains, la plupart du Brésil et d'Argentine, qui obtiennent facilement un passeport du pays européen dans lequel ils jouent. Cela pourrait déboucher à une Coupe du monde 2014 disputée en majorité par des Brésiliens et des Argentins, et c'est pourquoi nous devons intervenir», a-t-il affirmé lundi en conférence de presse à l'occasion d'une visite au Mexique.

«Il y a 6 000 joueurs sud-américains» professionnels à travers le monde, a-t-il indiqué. «Je suis favorable à l'allongement du délai pour qu'ils puissent représenter une sélection nationale autre que celle de leur pays d'origine qui est actuellement de cinq ans», a-t-il souligné.

Le Mexique a par exemple disputé la Coupe du monde 2006, en Allemagne, avec dans ses rangs le Brésilien Antonio Naelson «Sinha». Un autre Brésilien, Leandro Augusto, et l'Argentin Vicente Matias Vuoso ont contribué à qualifier le Mexique pour le Mondial 2010 en Afrique du Sud.

Un joueur ayant porté le maillot de sa sélection chez les adultes ne peut cependant pas représenter une autre équipe nationale par la suite.

Blatter optimiste sur l'organisation du Mondial 2010

M. Blatter a manifesté par ailleurs la confiance que lui inspire l'organisation sud-africaine. «La situation en Afrique du Sud à moins de sept mois de la compétition est claire. Beaucoup de critiques se sont élevées contre l'organisation dans les médias, surtout en Europe, mais ils ne sont pas allés là-bas voir ce qui s'y passait», a-t-il expliqué.

«Depuis juin il y a eu un changement. La Coupe des Confédérations a été organisée dans plusieurs stades, j'y ai rencontré les médias (...) et il n'y avait pas de critiques à propos de l'organisation ou de la sécurité», a-t-il souligné. (si)

Ton opinion