Actualisé 21.03.2017 à 14:41

Foot - Mondial 2018Blerim Dzemaili: «C'est la saison de ma vie»

Le milieu de Bologne est revenu sur ses performances après le premier entraînement de l'équipe de Suisse à Lausanne.

1 / 66
Bâle, Suisse
Bâle, Suisse

Ricardo Rodriguez et Granit Xhaka se congratulent au coup de sifflet final après la qualification de la Suisse pour le Mondial (Dimanche 12 novembre 2017).

Keystone
Bâle, Suisse
Bâle, Suisse

Dans le temps additionnel, Ricardo Rodriguez a sauvé toute une nation en dégageant un ballon de but nord-irlandais sur la ligne (Dimanche 12 novembre 2017).

Keystone
Bâle, Suisse
Bâle, Suisse

Victorieuse 1-0 en Irlande du Nord, la Suisse a conservé son avantage avec un match nul 0-0 à Bâle (Dimanche 12 novembre 2017).

Keystone

Enfin titulaire en sélection après bien des désillusions, Blerim Dzemaili a tenu un discours ambitieux et, comme toujours, exigeant, au sortir du premier entraînement de l'équipe de Suisse à Lausanne.

Blerim Dzemaili, après des années à ronger votre frein en sélection, vous voici devenu indiscutable. Comment vivez-vous ce changement de statut?

«C'est une autre... expérience, c'est sûr (sourire). J'ai traversé des moments très difficiles mais je me suis toujours battu, avec cette volonté de m'imposer en équipe de Suisse. Je suis fier de cela et d'être actuellement un titulaire, ça me rend encore plus fier.»

Vous avez fait votre place en sélection, vous êtes le meilleur buteur de votre club Bologne: est-ce la meilleure saison de votre carrière?

«J'avais déjà bien terminé l'exercice précédent. Puis mon Euro a été satisfaisant. A Bologne, pour moi, c'est sensationnel en ce moment! L'entraîneur me transmet énormément de confiance et je suis un joueur qui a besoin de cela pour pouvoir véritablement donner le maximum de moi-même. Statistiquement, c'est sûr que ma saison est très bonne. Je marque, je n'ai pratiquement pas raté une seule minute de jeu avec mon club, à part quand j'ai été suspendu. On peut dire que c'est la saison de ma vie, et j'espère que cela va continuer.»

De telles performances ne passent pas inaperçues. De quoi sera fait votre avenir?

«Ici, je ne veux parler que de l'équipe nationale. J'aurais le temps de penser au reste.»

Alors l'équipe nationale, justement, qui est en tête des qualifications après avoir gagné ses quatre matches...

«Oui, et maintenant nous voulons gagner les quatre suivants (NDLR: contre la Lettonie samedi à Genève, puis les Iles Féroé, Andorre et encore la Lettonie). C'est même notre devoir. Nous voulons continuer de gagner, de bien jouer. Il y a de la joie dans ce groupe quand nous nous retrouvons. Et nos entraînements sont intenses.»

Quelle est selon vous la valeur de cette Suisse, à qui il manque des joueurs ou dont certains membres sont en délicatesse dans leurs clubs?

«Nous avons une bonne équipe nationale. Nous l'avons prouvé à l'Euro même si chacun de nous voulait plus. Nous avions les moyens de faire mieux car le talent est là. Pour ce qui est des absents, je crois que le sélectionneur a beaucoup de joueurs à disposition, que les 23 retenus peuvent être titularisés. Je suis sûr que ceux qui joueront feront un bon match.» (nxp/ats)

(NewsXpress)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!