Genève: Blind test littéraire pour tous, les pieds dans l'herbe
Actualisé

GenèveBlind test littéraire pour tous, les pieds dans l'herbe

Une remorque multimédia des bibliothèques de la Ville sillonnera des parcs tout l'été. Elle propose des activités gratis et parfois insolites.

par
David Ramseyer
dra

«Mr et Mrs Dursley, qui habitaient au...» En un éclair, les mains se lèvent. «Harry Potter!», hurlent en choeur la dizaine d'enfants et d'adultes rassemblés au Parc Trembley devant un semi-remorque. «Un point pour la jeune fille», se marre le bibliothécaire qui anime le jeu. En y mettant le ton, Michel Hardegger lit les toutes premières phrases de classiques de la littérature, retranscrites sur de grandes pages qu'il montre aux participants. Il lance ça et là une anecdote, un lieu, une date pour les aider. Après J.K. Rowling, suivent Victor Hugo, Tolkien, Hemingway, Proust ou encore Stephen King.

Marine, 15 ans, est fière d'avoir reconnu les premiers mots des aventures de l'apprenti-sorcier. «C'est drôle de pouvoir répondre quand les adultes n'y arrivent pas». Enseignante, Géraldine adore le concept: «Ça me donne des idées pour mes élèves», souligne la vainqueur du blind test littéraire.

Centaines d'ouvrages à disposition

L'épreuve, dont le gagnant remporte un bon d'achat pour un livre. est une des nombreuses activités, toutes gratuites, du projet «De parc en parc avec les bibliothèques municipales» (cf. encadré). Jusqu'au 25 août, celles-ci installent dans la verdure un véhicule qui contient plus de 300 livres en libre-service, plus particulièrement destinés aux petits et aux ados. L'engin est une sorte de caverne d'Ali Baba de la culture. «Nous y présentons une partie de nos collections écrites mais aussi numériques, musicales et vidéo», précise Laura Györik, responsable du projet, le premier du genre aussi «ambitieux» pour la Ville.

«Une super idée»

L'initiative remporte un vif succès, selon son coordinateur Michel Hardegger: «Les gens sont curieux, ils viennent facilement nous voir. On touche ainsi des personnes qui n'ont pas l'habitude d'aller dans des bibliothèques. C'est un vrai moment de partage.» Maman d'un petit garçon et d'une fillette, Lucie confirme: «C'est une super idée! Cela donne l'opportunité aux enfants de découvrir l'univers de la littérature». Assis sur un pouf à deux pas d'une table où sont posés des verres de sirop, son fils Hubert dévore une bande dessinée. Il est tout content. Et surpris aussi: «Ça fait quand même bizarre d'aller au parc, d'emprunter un livre et de le lire dans l'herbe».

Tandis qu'un couple conte les aventures de Cornebidouille à son bambin, une petite fille esquisse un pas de danse alors que des standards du rock s'égrènent de la sono du semi-remorque. Michel Hardegger a le sourire aux lèvres: «Les gens nous expriment souvent leur gratitude. Ce sont de chouettes moments».

Des lettres et des images

Les blind tests organisés dans les parcs existent aussi sous forme musicale, avec des thèmes comme "Les moustachus du rock". Ils sont destinés aux plus de 12 ans. "Pendant que les adultes jouent, on s'occupe des enfants", glisse Michel Hardegger. Plusieurs animations tournent autour de l'image, en utilisant par exemple des tablettes et une application développée spécialement avec Zep, l'auteur de Titeuf. Autre proposition: la réalisation d'un petit film en plein air et la projection d'oeuvres sur grand écran. Toujours dans une approche ludique des mots et de l'écriture, des ateliers de graffiti et de slam sont aussi au menu.

Après le parc Trembley jusqu'à ce vendredi, le projet investira dès lundi le parc des Franchises; puis sur la rive gauche, le parc Bertrand et enfin le parc de La Grange. Les animations se déroulent de 10h30 à 18h30.

Ton opinion