Immigration: Blocher évoque une clause de sauvegarde
Actualisé

ImmigrationBlocher évoque une clause de sauvegarde

Dans le cadre de l'application de l'initiative «Contre l'immigration de masse», Christoph Blocher est prêt à discuter d'une clause de sauvegarde.

«Il n'y a qu'une solution qui m'intéresse, celle qui réduira massivement l'immigration», a déclaré le vice-président de l'UDC.

«Il n'y a qu'une solution qui m'intéresse, celle qui réduira massivement l'immigration», a déclaré le vice-président de l'UDC.

Certains entrepreneurs reconnaissent en privé que la libre circulation des personnes devrait être limitée, dit M. Blocher dans un entretien au journal Schweiz am Sonntag. «Ils évoquent une clause de sauvegarde efficace», poursuit le politicien. La question est de savoir «à partir de quand instaurer les contingents qui ont été votés et la préférence nationale». D'après lui, le plafond doit être mis très bas.

L'ancien conseiller fédéral est prêt à discuter de tout. «Mais l'objectif attendu par le peuple, soit la baisse massive de l'immigration, doit être atteint». Si l'ancien diplomate suisse Michael Ambühl a élaboré un modèle avec une clause de sauvegarde, celui-ci ne mentionne pas de chiffres. «Or c'est tout ce qui importe».

Lors de la procédure de consultation, les patrons ont aussi plaidé pour une mise en oeuvre de l'initiative UDC. Ils souhaitent toutefois plus de flexibilité que dans la solution du Conseil fédéral.

L'Union patronale suisse et economiesuisse proposent un modèle qui prévoit en temps normal la libre circulation absolue des citoyens de l'Union européenne et des Etats de l'Association européenne de libre-échange (AELE). Si l'immigration augmente fortement et qu'une limite fixée est atteinte, ne pourraient s'installer en Suisse que le même nombre de personnes qui la quittent. (ats)

Ton opinion