Zurich: Blocher n'a pas voulu donner son ordinateur
Actualisé

ZurichBlocher n'a pas voulu donner son ordinateur

L'ancien conseiller fédéral n'aurait pas été très coopératif lors la perquisition effectuée, mardi, dans sa villa et son bureau dans le cadre de l'affaire de la BNS.

par
Olivia Fuchs
Les agents ont perquisitionné le natel, l'ordinateur, plusieurs disques durs ainsi que tous les documents faisant allusion à Philipp Hildebrand.

Les agents ont perquisitionné le natel, l'ordinateur, plusieurs disques durs ainsi que tous les documents faisant allusion à Philipp Hildebrand.

Visiblement dépassé par les événements, Christoph Blocher aurait refusé l'accès à son ordinateur lors de la perquisition à son domicile, mardi. Il aurait ensuite demandé à voir son avocat. Mais le Ministère public n'a rien voulu savoir. «Ils m'ont dit que tout devait aller très vite, car la radio et la télévision avaient déjà eu vent de la perquisition», a raconté le conseiller national au quotidien alémanique «Tages Anzeiger». Sur place, des agents de la police se seraient d'ailleurs plaints de fuites régulières d'informations. Une situation que Blocher aurait qualifiée de scandaleuse.

Parallèlement à la perquisition de son bureau, quatre personnes se sont rendues dans sa villa à Herrliberg (ZH). Sa femme Silvia leur a ouvert la porte. Elle a expliqué au «TagesAnzeiger» que les agents avaient embarqué un natel, un ordinateur, des disques durs ainsi que tous les documents faisant référence à l'ancien président de la Banque nationale suisse, Philipp Hildebrand.

Dans cette affaire, l'élu UDC ne peut se prévaloir de son immunité parlementaire. Celle-ci ne s'applique en effet qu'aux activités liées à son mandat de conseiller national.

Rappel des faits

La procédure pénale ouverte à l'encontre de Christoph Blocher doit déterminer si le Zurichois a violé le secret bancaire dans l'affaire Hildebrand. Pour cela, le ministère public zurichois et quatre agents de la police cantonale se sont présentés à son bureau à Männedorf (ZH), mardi à 14h30. Selon le «TagesAnzeiger», ils lui auraient alors annoncé que son bureau ainsi que sa villa à Herrliberg allaient être perquisitionnés.

Ton opinion