Blocher vante le «peuple souverain» face à l'étranger

Actualisé

Blocher vante le «peuple souverain» face à l'étranger

Christoph Blocher a sévèrement critiqué mardi soir le droit et les accords internationaux qui «empiètent» sur les lois approuvées par le «peuple souverain».

Une évolution en contradiction avec l'esprit du Pacte fédéral de 1291, selon le conseiller fédéral.

Invoquant l'acte fondateur de la Suisse, le ministre UDC n'a pas hésité, lors de la première des quatre allocutions qu'il doit prononcer dans le cadre des festivités du 1er Août, à comparer les organisations et juristes internationaux aux baillis du 13e siècle. «Nul doute que tous ces gens sont forts instruits et très respectables», mais ce ne sont pas «des gens du pays», a-t-il dit à Schwarzenburg (BE), selon la version écrite de son discours.

«La tendance actuelle consistant à substituer aux droits populaires, de manière inconsidérée, un droit supérieur, un droit international, prend des proportions inquiétantes», a affirmé M. Blocher sur la base de son expérience au Département fédéral de justice et police. Or cette tendance «est diamétralement opposée à l'esprit du Pacte fédéral, qui entendait défendre la liberté».

Et d'appeler à se souvenir que l'acte de 1291 est «un refus du pouvoir incontrôlé de l'Etat et un refus de se soumettre à quiconque voudrait limiter la volonté du peuple». La lutte contre les baillis n'est jamais terminée, c'est une lutte permanente pour la liberté, a-t-il déclaré.

Les instances internationales doivent respecter les règles que le peuple se donne, a martelé le conseiller fédéral. Des propos qui ont également visé le Parlement, le gouvernement et les tribunaux suisses: «Eux non plus ne doivent pas passer outre les décisions du peuple ou au droit adopté par lui!»

SDA/ATS

Ton opinion