Conflits en Côte d'Ivoire: Blocus autour de la résidence de Gbagbo
Actualisé

Conflits en Côte d'IvoireBlocus autour de la résidence de Gbagbo

Alassane Ouattara, lors d'une allocution solennelle à la télévision ivoirienne, a annoncé jeudi qu'un blocus était en oeuvre autour de la résidence de Laurent Gbagbo.

Le président élu ivoirien Alassane Ouattara, lors d'une allocution solennelle à la télévision ivoirienne, a annoncé jeudi qu'un blocus était en oeuvre autour de la résidence de Laurent Gbagbo, exhorté ses compatriotes à la réconciliation et demandé à ses forces de sécuriser Abidjan.

«Un blocus a été établi autour (du) périmètre» de la résidence où Laurent Gbagbo «s'est retranché avec des armes lourdes et des mercenaires», a-t-il déclaré. Son objectif est «de sécuriser les habitants de ce quartier» d'Abidjan, a précisé Alassane Ouattara.

Laurent Gbagbo restait jeudi retranché dans son bunker à Abidjan, où la situation sécuritaire se dégrade très rapidement, alors que le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon l'exhortait à «céder le pouvoir» avant qu'il ne soit «trop tard».

Appel aux troupes

Après les diverses informations sur des massacres commis notamment dans l'ouest du pays et qui seraient de la responsabilité de ses troupes, Alassane Ouattara a aussi exhorté ses troupes à un comportement exemplaire.

«La lumière sera faite sur tous les massacres et les crimes» qui ont pu être commis, a souligné le président élu. «Les auteurs des crimes seront sanctionnés», a-t-il insisté, demandant à ses troupes «d'être exemplaires dans leur comportement, de s'abstenir de tout crime, de toutes violences contre les populations ou de tout acte de pillage».

Sanctions

«Tous ceux qui seront impliqués dans de tels actes seront punis», a-t-il promis. «Les auteurs des crimes perpétrés seront lourdement sanctionnés», a répété Alassane Ouattara.

Le président élu a aussi demandé à son gouvernement d'assurer la «sécurisation» des quartiers d'Abidjan afin de mettre un terme à l'insécurité croissante de ces derniers jours.

Il a indiqué avoir demandé aux responsables de ses forces de sécurité «de prendre toutes les dispositions pour assurer le maintien de l'ordre et la sécurité des biens», ainsi que la liberté de mouvement dans le pays.

Couvre-feu allégé

«Le couvre-feu sera allégé à partir de vendredi 8 avril en vue de permettre un retour progressif à la normalité», a aussi annoncé Alassane Ouattara, en appelant de ses voeux une «reprise de l'activité économique».

«J'invite tous mes compatriotes à s'abstenir de tout acte de vengeance», a-t-il aussi déclaré. «La Côte d'Ivoire est une et indivisible», a-t-il assuré, en promettant d'être le président «de tous les Ivoiriens».

«Remettons-nous tous à la tâche», a-t-il aussi lancé, en appelant à l'unité de ses compatriotes.

Pressions de la France

Cet appel à la réconciliation fait suite à de multiples pressions en ce sens de notamment la France. Cela fait plusieurs jours que le chef de la diplomatie française avait annoncé que Alassane Ouattara allait s'exprimer pour appeler son peuple à l'unité afin de relancer la reconstruction du pays.

Le président élu a enfin indiqué avoir pris des mesures pour une reprise des activités financières en Côte d'Ivoire, afin de permettre le paiement «des salaires dans les plus brefs délais». «J'ai demandé que les sanctions de l'Union européenne sur le port d'Abidjan et San Pedro et sur certaines entités publiques du fait du régime illégitime de Laurent Gbagbo soient levées», a-t-il aussi affirmé.

Il a précisé avoir demandé aux autorités compétentes «un approvisionnement régulier du marché en gaz butane et en carburant». (afp)

Ton opinion