Douane de Saint-Louis (Bâle): Bloqués pour la nuit sur la bande d'arrêt d'urgence
Actualisé

Douane de Saint-Louis (Bâle)Bloqués pour la nuit sur la bande d'arrêt d'urgence

A cause de la surcharge de trafic, les poids lourds restent coincés sur l'autoroute avant la douane, et sont parfois forcés de passer la nuit sans aucune infrastructure.

par
Pauline Rumpf
Une fois dans la file pour la zone de dédouanement, impossible de faire demi-tour, même si l'heure de fermeture des guichets s'approche.

Une fois dans la file pour la zone de dédouanement, impossible de faire demi-tour, même si l'heure de fermeture des guichets s'approche.

Leser-Reporter/DR

«J'ai eu de la chance, j'ai pu passer par la zone de dédouanement avant sa fermeture. Les autres sont restés bloqués dans plusieurs kilomètres de bouchons, et comme le parking est plein, ils vont devoir passer la nuit sur la bande d'arrêt d'urgence...» Cette lectrice jurassienne est remontée. La chauffeur poids lourds passe régulièrement la douane de Saint-Louis à Bâle, et juge la situation catastrophique.

«Les conducteurs doivent stationner et dormir sur l'autoroute, sans sanitaire ni approvisionnement en nourriture ou boissons, à deux pas du trafic, dénonce la jeune femme. Ils devront bien entendu être en forme pour reprendre la route le lendemain.»

La situation est en effet tendue, confirme Andreas Keusch, porte-parole de l'Administration fédérale des douanes. «Les installations sont vieilles de 30 ans et ne permettent pas l'accueil d'autant de camions, avoue-t-il. Spécialement l'aire de stationnement, située entièrement sur territoire français.» «Cette anarchie cause un gros problème de sécurité», affirme dans «l'Alsace» le directeur adjoint des services de l'Agglomération Saint-Louis, Etienne Heinrich. De fait, plusieurs accidents ont déjà eu lieu dans cette file d'attente, rapporte le journal.

S'il rappelle que certains camionneurs tiennent à dormir dans leur véhicule, le directeur général de la société de transports Friderici met toutefois en garde. «C'est clair qu'on n'est pas frais pour prendre la route après une telle nuit, assure Jean-Paul Friderici. Les autorités devraient s'employer à créer davantage de parkings bien équipés, et revoir les systèmes à la douane, par exemple avec des tickets portant des numéros.»

Des travaux sont prévus pour fin 2019, assure Andreas Keusch. Le nombre de guérites à la douane sera augmenté de 2 à 5. Les camions seront mieux filtrés sur deux files dédiées, entre ceux qui doivent dédouaner et ceux qui sont simplement en transit. L'accès au parking sera limité aux véhicules attendant un dédouanement. Et d'ici là, les chauffeurs poids lourds devront prendre leur mal en patience.

Ton opinion