Vaud: Bobst accuse d'anciens employés de vol de savoir
Actualisé

VaudBobst accuse d'anciens employés de vol de savoir

Sept ingénieurs sont accusés d'avoir dérobé des informations confidentielles à leur employeur en 2010. Leur avocat plaide l'acquittement.

par
Mirko Martino
Bobst Mex SA fabrique des machines demballage industriel.

Bobst Mex SA fabrique des machines demballage industriel.

photo: Keystone

«Au boulot, c'était la grande lessive. Certains étaient virés en 15 minutes.» C'est ainsi que les prévenus ont décrit, hier devant le Tribunal d'Yverdon-les-Bains, le climat qui régnait chez Bobst dès 2009. Le groupe vaudois de machines d'emballage industriel, poussé par la crise, avait supprimé des centaines d'emplois. Encore en place mais craignant pour leur poste, ces sept ingénieurs aux compétences complémentaires ont créé une entreprise en catimini. Celle-ci devait opérer dans un domaine proche de celui de leur employeur et dans les énergies vertes.

En 2010, ils ont proposé une collaboration pour une plieuse-­colleuse révolutionnaire à une société concurrente. Mais celle-ci en a informé Bobst, qui a licencié les frondeurs. Des documents ont été saisis à leur domicile. «Il s'agissait d'informations confidentielles, a soutenu devant la Cour l'avocat de Bobst. Ils n'ont respecté ni les conditions générales de leur employeur, ni leur contrat de travail, ni le code de conduite interne. Ils ont même essayé de débaucher d'autres collaborateurs. Il y a infraction à la Loi contre la concurrence déloyale et violation du secret de fabrication et du secret commercial.»

Des arguments que balaie le défenseur des prévenus: «La technique n'est pas un secret de fabrication, cela faisait partie de leurs connaissances, tout comme les réalités du marché. C'est un entêtement inutile de la part de Bobst.» Les sept ingénieurs risquent des jours-amende avec sursis. Entre-temps, ils ont abandonné leur projet et retrouvé du travail ailleurs.

«Il n'y a aucun doute que nous aurions réussi à réaliser cette plieuse-colleuse sans les données préalablement récoltées.»

L'un des sept prévenus

Ton opinion