Publié

GenèveBoîtes de nuit fermées jusqu’au 16 novembre

Le Conseil d’Etat a décidé mercredi de prolonger la fermeture des dancings pour limiter la propagation du Covid-19.

par
leo/dra
Les boîtes de nuit sont fermées depuis le milieu de l’été, au bout du lac.

Les boîtes de nuit sont fermées depuis le milieu de l’été, au bout du lac.

Keystone

On ne dansera plus en discothèque avant un moment à Genève. Les autorités ont adopté un arrêté prolongeant jusqu’au 16 novembre la fermeture des établissements accessibles au public et aménagés pour la danse, avec débit de boissons et restauration, tels que les dancings, cabaret-dancings, discothèques et boîtes de nuit. Pour rappel, ces établissements sont fermés depuis le 31 juillet.

Le Conseil d’Etat indique qu’à Genève, « la circulation virale reste haute mais semble se stabiliser grâce aux mesures déjà prises, dont celle de la fermeture des dancings. Pour éviter une nouvelle recrudescence, il n’est pas envisageable de permettre la réouverture de ces lieux les prochaines semaines», explique l’Exécutif.

«Mesure proportionnée»

Cette prolongation est une «mesure proportionnée, estime le président du Conseil d’Etat, Antonio Hodgers. Les chiffres genevois ont montré que la hausse des cas au départ a été liée de manière importante à la fréquentation des night-clubs. On peut objectivement dire que, sanitairement, les discothèques étaient de hauts lieux à risques.»

Bar ou fêtes privées possibles

Toutefois, pour atténuer les impacts économiques de cette décision, les exploitants peuvent, moyennant l’annonce au préalable au service de police du commerce et de lutte contre le travail au noir, fonctionner comme bar, poursuit le gouvernement genevois. S’ils renoncent à cette option, ils peuvent mettre leur salle en location pour des événements à caractère exclusivement privé tels que des mariages ou des fêtes d’anniversaire, toujours en s’annonçant à la police du commerce.

La Confédération a stoppé les RHT depuis fin août, ajoute Antonio Hodgers, mais «Berne doit rétablir les mécanismes de soutien aux économies locales.»

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!
226 commentaires
L'espace commentaires a été desactivé

Felix Gruber

03.09.2020 à 15:33

Bonjour, j'aimerai organiser une manifestation. En Effet le peuple n'a pas son mot à dire, et vu la nouvelle forme que prend ce coronavirus en cette fin d'année (beaucoup plus bénigne) On devrait avoir le choix. La mauvaise utilisation et les risque de mauvaise production ou acheminement des masques apporte plus de problèmes qu'autre chose. Taper coronavirus suisse sur Google et vous verrez rapidement le graphique des cas et des décès. Le graphique des décès reste planté au sol tout comme en France et en Espagne ca prouve bien que d'un point de vue objectif on peut laisser radicalement baisser les mesures d'hygiène. Le port du masque est hygiénique à condition que l'utilisation soit bien fait, or ce n'est pas le cas pour tout le monde.

Association de Quartier

03.09.2020 à 14:58

Pour donner raison à un intervenant plus bas, sur le fait que les gendarmes sont peu présents la nuit. Pas de leur faute. On affecte trop de flics à des tâches dans des bureaux, dont des administratifs pourraient parfaitement exécuter. Il faut sortir les flics à Genève de ces postes et les remettre plus dans la rue bien visibles.

Triez MieuxVosClients

03.09.2020 à 14:55

Les politicards devraient profiter pour méditer sur un nouveau plan de sécurisation des sorties de boîtes genevoises. Pourquoi il y a pas d'avantage de gendarmes visibles aux abords des boîtes de nuit ? Il y a toujours des bagarres ou des agressions chaque fin de soirée, aux sorties.