Actualisé 16.01.2015 à 15:08

Nigeria

Boko Haram capture des centaines de femmes

Le groupe islamiste a enlevé plusieurs centaines de femmes et d'enfants pendant l'attaque début janvier de Baga, dans le nord-est du Nigeria, selon plusieurs témoins.

1 / 73
24.12 Les troupes nigérianes « ont finalement pénétré et écrasé ce qu'il restait des insurgés de Boko Haram au Camp Zéro , situé au coeur de la forêt de Sambis», a affirmé samedi le président nigérian Muhammadu Buhari.

24.12 Les troupes nigérianes « ont finalement pénétré et écrasé ce qu'il restait des insurgés de Boko Haram au Camp Zéro , situé au coeur de la forêt de Sambis», a affirmé samedi le président nigérian Muhammadu Buhari.

Keystone
13.10 Un officiel nigérian a annoncé à la BBC la libération de 21 des lycéennes enlevées par Boko Haram en avril 2014 à Chibok, dans le nord du Nigeria.

13.10 Un officiel nigérian a annoncé à la BBC la libération de 21 des lycéennes enlevées par Boko Haram en avril 2014 à Chibok, dans le nord du Nigeria.

14.04 Le groupe islamique Boko Haram a envoyé une «preuve de vie» deux ans après l'enlèvement à Chibok (nord-est du Nigeria) de 276 lycéennes, un événement qui sera commémoré jeudi par des prières et des manifestations à travers tout le pays.

14.04 Le groupe islamique Boko Haram a envoyé une «preuve de vie» deux ans après l'enlèvement à Chibok (nord-est du Nigeria) de 276 lycéennes, un événement qui sera commémoré jeudi par des prières et des manifestations à travers tout le pays.

Keystone

Boko Haram a enlevé plusieurs centaines de femmes et d'enfants pendant l'attaque début janvier de Baga, dans le nord-est du Nigeria, selon plusieurs témoins. De son côté, le Tchad va envoyer des troupes chez son voisin camerounais pour l'aider à combattre le groupe islamiste armé.

Une femme enlevée avant d'être libérée par ses ravisseurs plusieurs jours plus tard a déclaré à l'AFP que «plus de 500 femmes et des centaines d'enfants» se trouvaient avec elle dans un pensionnat de jeunes filles de Baga où elle était enfermée par les islamistes. Ce chiffre n'a pas pu être confirmé de façon indépendante, mais son récit concorde avec celui d'une autre rescapée et celui d'un témoin.

«Boko Haram a enlevé au moins 300 femmes et nous a détenues dans une école de Baga», a déclaré une femme sous couvert d'anonymat.

Au moins plusieurs centaines de tués

«Ils ont libéré les femmes âgées et les mères et la plupart des enfants au bout de quatre jours, mais ils détiennent toujours les jeunes filles» a-t-elle dit.

Mercredi «vers 14h00, ils nous ont libérées et nous ont demandé de quitter la ville. On était une centaine, toutes des mères», a raconté jeudi soir une femme depuis Maiduguri, capitale de l'Etat de Borno où elle a trouvé refuge, à quelque 160 kilomètres de Baga.

L'attaque de Baga, qui a fait des centaines voire des milliers de tués, est sans doute la plus meurtrière jamais commise par Boko Haram depuis six ans d'insurrection.

De son côté, le gouvernement camerounais a souligné l'arrivée prochaine de soldats tchadiens mais il ne précise ni les effectifs de ce contingent, ni la date de son déploiement au Cameroun.

L'Assemblée nationale tchadienne a autorisé vendredi à l'unanimité l'envoi de soldats, a constaté un journaliste de l'AFP sur place. Plusieurs dizaines de blindés tchadiens ont quitté N'Djamena, a constaté un journaliste de l'AFP sur place.

Raids incessants

Les dirigeants de la Communauté économique des Etats de l'Afrique de l'Ouest (CEDEAO) envisagent de lancer une force militaire pour combattre les islamistes nigérians de Boko Haram, a déclaré vendredi le président ghanéen John Mahama. Ils organiseront un sommet régional sur la question la semaine prochaine.

Cette annonce est intervenue quelques heures après l'accusation lancée par le secrétaire d'Etat américain John Kerry, que Boko Haram a commis «un crime contre l'humanité» à Baga. Le président français François Hollande a aussi dénoncé vendredi un «crime contre l'humanité».

Boko Haram s'est emparé ces derniers mois de vastes territoires dans le nord du Nigeria et poursuit ses attaques sanglantes quasi quotidiennement. A l'approche de l'élection présidentielle nigériane, le groupe multiplie également les raids meurtriers en territoire camerounais.

Lundi encore, d'intenses combats ont éclaté autour d'un camp militaire au Cameroun, opposant des soldats camerounais à des centaines d'islamistes. Selon le gouvernement camerounais, «143 terroristes» et un soldat ont été tués tandis qu'un important arsenal de guerre a été saisi.

Le Tchad a lui jusqu'à présent été épargné par les attaques de Boko Haram, mais seule l'étroite bande de terre formée par l'extrême nord du Cameroun - une cinquantaine de kilomètres - sépare N'Djamena de l'Etat nigérian de Borno, fief des islamistes.

(ats)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!