Bombe à Beyrouth: un général tué
Actualisé

Bombe à Beyrouth: un général tué

Un général de l'armée libanaise, François el-Hajj, a été tué mercredi dans un attentat perpétré dans une banlieue de Beyrouth, près du palais présidentiel, selon les services de sécurité.

Au moins cinq personnes ont été tuées et des dizaines blessées, selon Reuters.

François el-Hajj était le chef des opérations l'été dernier lors des combats entre l'armée libanaise et les islamistes du Fatah al- Islam dans le camp de réfugiés palestiniens de Nahr al-Bared. C'est un proche du candidat favori à la présidence, le chef de l'armée Michel Souleimane.

L'explosion s'est produite à Baada, une zone chrétienne au sud- est de la capitale libanaise, au passage de la voiture du général. Une source de la Croix-Rouge libanaise citée par l'AFP a indiqué pour sa part que quatre personnes au moins avaient été tuées et sept autres blessées.

Des témoins ont rapporté que plusieurs voitures étaient en feu et que des dizaines de personnes avaient été blessées par l'explosion survenue en début de matinée.

Crise politique

Cette explosion se produit alors que le Liban est plongé dans une grave crise politique, illustrée par l'incapacité des partis à s'entendre pour élire un président de la République.

Le président du Parlement Nabih Berri a annoncé lundi soir que la séance prévue mardi pour l'élection du président avait été de nouveau reportée, au lundi 17 décembre.

Les milieux politiques évoquent désormais l'impossibilité d'organiser un vote du Parlement avant la fin de l'année, voire mars prochain, début de la prochaine session ordinaire du Parlement, alors que le président Emile Lahoud a quitté ses fonctions au terme de son mandat le 23 novembre sans qu'un successeur ne lui ait été trouvé. (ats)

Ton opinion