Bombe cachée dans les WC d'un hôpital

Actualisé

Bombe cachée dans les WC d'un hôpital

Placé près de l'entrée principale, l'engin artisanal a été désamorcé hier dans la ville de Locri, en Calabre.

Prévenus par un appel anonyme, les artificiers ont neutralisé hier matin l'engin explosif caché dans un faux plafond des toilettes. La bombe était confectionnée à partir de poudre noire et pouvait être déclenchée à distance. La police n'a pas précisé si elle était en état de marche au moments des faits.

En Calabre, le secteur de la santé publique et l'attribution des différents marchés sont très influencés par la mafia locale, la Ndrangheta, une organisation criminelle considérée comme la plus dangereuse et la plus violente d'Italie. Le vice-président du Conseil régional, Francesco Fortugno, 54 ans, avait été abattu en octobre 2005 par des hommes encagoulés dans un bureau électoral de Locri.

L'homme avait notamment dirigé le Département de la santé dans la région. Selon l'agence Ansa, sa veuve, Maria Grazia Lagana, avait occupé la fonction de vice-directrice de l'hôpital où a été déposée la bombe. Près de l'établissement travaillait également Alessandro Marcianò, 55 ans, chef de service arrêté au mois de juin pour avoir commandité l'assassinat.

Le 14 décembre dernier, à Siderno, ville située à quelques kilomètres de Locri, un engin artisanal de faible puissance avait déjà explosé dans un couloir de l'hôpital. La déflagration n'avait alors pas provoqué de dégâts ou fait de victimes. Une lettre anonyme avait ensuite été retrouvée. Elle visait personnellement la famille Fortugno.

(gam/afp)

Ton opinion