Actualisé

Boncourt à côté de ses baskets

Les Lugano Tigers ont pris les choses en main et fait la course en tête à Boncourt. Dans un Chaudron bien tiède, les Tessinois ont dicté leur rythme dès les premières minutes de jeu.

Sous l'impulsion du duo Quidome-Draughan, ils ont étouffé leur hôte et remporté (92-81) l'Acte Ier de la finale des play-off de LNA. Superbement huilée, la machine des «Fauves» n'a guère laissé d'espace aux Jurassiens. Parfaitement disposés en arrière et toujours couverts par l'envergure du pivot américain Williams qui avait décidé d'investir sans partage la raquette, les Tigers ont de surcroît eu la main chaude en attaque. A l'exception du meneur italien Pastore, tous les membres de l'orchestre luganais ont connu une réussite aussi intéressante que payante... Impossible dès lors pour Boncourt de ne pas concéder sa première défaite des play-off.

Lugano souverain en défense

Solidaire et déterminée la phalange de Petitpierre a compté jusqu'à 14 points d'avance en première mi-temps (19-33 à la 12e) alors que les Boncourtois peinaient à trouver leurs marques, passablement gênés par l'agressive défense luganaise.

Mal inspirés, les Ajoulots ont pu compter sur le Français Mendy, entré lorsqu'ils étaient proches de la faillite, pour recoller au score. Le fantasque arrière frontalier a amené une vivacité qui faisait cruellement défaut, au sein de la rotation de Dessarzin.

Profitant de son énergie, les Romands revenaient au score, sans pour autant parvenir à recoller (52-56 à la 28e). L'Anglais Cope prenait les choses en mains alors que Mendy rentrait dans le rang... Insuffisant face à la force de frappe de la rotation tessinoise.

Dacevic sur le banc, Crnogorac montre les dents

En seconde mi-temps, Petitpierre décidait de ménager son homme à tout (bien) faire, Dacevic, en délicatesse avec son dos. Le numéro 14 luganais sur le banc, Boncourt parvenait à revenir dans le match sous l'impulsion d'un Cope qui se bonifiait au fil des minutes.

Mais l'Américain Draughan, oublié par la défense ajoulote, enquillait, l'air de rien, des paniers, au rythme du métronome. A l'aise dans toutes les positions, l'ailier a fait très mal aux Jurassiens. A l'heure de la conférence de presse, Dessarzin louait ses qualités: «Il a joué à un très très haut niveau ce soir».

Dans le dernier quart, Crnogorac, démontrait qu'il possédait lui aussi des qualités de shooteur insoupçonnées. Ainsi, après avoir réglé la mire à deux reprises aux 6m25 dans la troisième période, il faisait preuve d'opportunisme dans la «peinture» et réduisait à néant les efforts offensifs d'un Cope bien esseulé en la matière, dans le camp jurassien.

«Crnogorac est une pièce importante dans le dispositif luganais. Nous le savions», pestait «Rando». «Néanmoins nous lui avons facilité les choses en abusant des 'aides', lui laissant ainsi le champs libre». Soulagé, son homologue luganais, Petitpierre ne tarissait pas d'éloges envers ses joueurs: «Ils ont été excellents ! Ils ont pris les bonnes décisions au bon moment et ont travaillé en équipe».

Lugano a remporté le premier duel et anihilé l'avantage de la salle dont disposait le BCB. Reste à savoir si Ellis et consorts sauront rebondir... Eux qui n'avaient plus connu la défaite en championnat depuis le 7 janvier (face à Lausanne-Morges 73-74). (ats)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!