France: Boon demande à ses biloutes de ne pas voter FN
Actualisé

FranceBoon demande à ses biloutes de ne pas voter FN

S'adressant aux «biloutes», l'acteur a posté un message qui a fait mouche sur Facebook. D'autres personnalités françaises ont fait part de leur colère et de leur incompréhension.

par
che/nxp

Alors que la France est secouée par le score historique du Front National (FN) porté par Marine Le Pen aux élections régionales de dimanche 6 décembre, plusieurs personnalités françaises ont fait part de leur consternation.

L'humoriste, acteur et réalisateur Dany Boon a notamment partagé sa déception sur sa page Facebook, après l'annonce du score du FN (40,6%) dans sa région natale Nord-Pas-de-Calais/Picardie.

«Je ne peux pas croire que ma région, celle où je suis né, où j'ai grandi, où j'ai tout appris, que j'aime tant et que je mets en valeur dans mes spectacles et dans mes films depuis plus de vingt-cinq ans en vantant sa tolérance, son ouverture d'esprit, son sens de l'humour, sa générosité et son humanité, soit demain dirigée par un parti d'extrême droite» regrette le natif d'Armentières.

«Je comprends le ras-le-bol, la peur, l'incertitude de l'avenir mais je vous assure, mes biloutes, que voter pour l'extrême droite ne résoudra aucun des problèmes actuels, au contraire. Je vous aime» a-t-il poursuivi. Le message avait été «liké» plus de 218'000 fois trois heures après sa publication lundi soir, et partagé plus de 50'000 fois sur Facebook.

Dans cette région, Marine Le Pen fera face au second tour à Xavier Bertrand (Les Républicains), tandis que le candidat socialiste Pierre de Saintignon, arrivé en troisième position au premier tour, a annoncé son retrait pour tenter de faire barrage à l'extrême droite.

Hanouna justifie son coup de gueule

Dès dimanche soir, l'animateur star de la chaîne de télévision D8 Cyril Hanouna avait provoqué de vives réactions en trois tweets polémiques qui accusaient les médias d'avoir largement contribué à la percée du FN: «Les journalistes, continuez à en faire des tartines, continuez à instaurer un climat anxiogène! Vous avez gagné les gars! #irresponsable». Avant d'ajouter «Les politiques, arrêtez de penser à votre gueule, bougez-vous le cul!! Les Français en ont marre! Les jeunes sont au chômage! #détresse».

Accusé de populisme par de nombreux internautes, qui estiment entre autres que ces messages ne proposent rien et n'incitent pas spécialement à aller voter au second tour, ce dernier s'est expliqué sur Europe 1: «Je reprochais hier à TF1 et France 2 de faire du sensationnalisme» a affirmé l'animateur de l'émission «Touche Pas à Mon Poste».

«TF1 ouvre direct avec le score de Marine Le Pen dans sa région, au lieu de donner le score global, c'est malhonnête (...) Et même pendant les attentats, France 2 qui fait deux soirées spéciales la même semaine! Tout ça pour faire de l'audience, c'est honteux!» s'est-il emporté.

Cyril Hanouna : "Les journalistes des grands...par Europe1fr

Boycott annoncé

En mars dernier, le site de l'animateur radio et télé Jean-Marc Morandiniavait déjà compilé les propos de plusieurs stars se disant prêtes à quitter la France ou à boycotter les bastions du FN.

Parmi elles, le plus vocal est sans conteste Yannick Noah, qui a consacré des chansons à la lutte contre lextrémisme, quel qu'il soit, et notamment à la lutte contre l'extrême droite. «Vous savez, les problèmes des Français, je les vois tous les jours, ce nest pas le FN qui les résoudra. Cest simple: si le FN arrive en tête aux élections européennes, je quitte la France» affirmait-t-il avant les Européennes, cité par le blog de Jean-Marc Morandini (voir ci-dessous le clip de la chanson «Ma Colère»).

Le franco-mauricien Jean-Marie Gustave Le Clézio, prix Nobel de littérature en 2008, a déclaré pour sa part: «Quand je vois le FN monter en France, je me sens plus Mauricien que jamais. Je ne comprends pas les Français. Si Marine Le Pen gagne, je rendrai mon passeport français et je ne garderai que mes papiers mauriciens.» Quant à l'animateur Nagui, il avait déclaré en septembre 2013 au micro de RMC: «Le Front national au pouvoir, cela pourrait me faire quitter la France.»

«Je ne me reconnaîtrais plus alors dans cette nation»

Pour l'acteur franco-américain Anthony Delon, fils d'Alain, «il est clair que, si demain la France bascule Front National et qu'on a un président de cette formation, je prendrai mes cliques et mes claques car je ne me reconnaîtrais plus alors dans cette nation qui est la mienne».

Patrick Bruel avait, lui, affirmé en avril 2014 qu'il ne chanterait pas dans les villes où le Front National était majoritaire. «Même si je peux comprendre que des électeurs désespérés répondent à un discours populiste, je ne veux pas me produire devant une institution dont je méprise l'idéologie», avait-il lâché.

Ton opinion