Londres – La fête de Noël à Downing Street met Boris Johnson dans l’embarras
Publié

LondresLa fête de Noël à Downing Street met Boris Johnson dans l’embarras

Une vidéo de ses collaborateurs, plaisantant sur l’organisation d’une «Christmas party» l’année dernière, lorsque les rassemblements sociaux étaient interdits, indigne l’opinion publique.

Boris Johnson s’est dit «furieux» après la diffusion d’une vidéo montrant qu’une Christmas party avait eu lieu l’année dernière, à Downing Street.

Boris Johnson s’est dit «furieux» après la diffusion d’une vidéo montrant qu’une Christmas party avait eu lieu l’année dernière, à Downing Street.

AFP

L’ancienne porte-parole du premier ministre britannique Boris Johnson a présenté mercredi sa démission, après la publication d’une vidéo dans laquelle elle plaisantait sur une fête de Noël qui aurait eu lieu à Downing Street l’an dernier, en violation des règles anti-Covid. «Je propose ma démission au premier ministre», a déclaré, en larmes, Allegra Stratton après avoir présenté ses excuses aux Britanniques et expliqué qu’elle regretterait «toute (sa) vie ces propos», qui ont créé une tempête politique.

Sous le feu des critiques, le premier ministre britannique Boris Johnson a annoncé mercredi une enquête interne et s’est excusé pour l’impression donnée. Boris Johnson, qui s’est dit «furieux» après la parution de cette vidéo, a réaffirmé qu’il lui avait «été assuré à plusieurs reprises» depuis le début de cette affaire qu’«il n’y avait pas eu de fête» et qu’«aucune règle» n’avait été enfreinte. Alors que certains députés d’opposition ont réclamé sa démission, il a annoncé une enquête interne et promis des «conséquences» pour ceux qui n’auraient pas respecté les règles.

Visionnée par des millions de personnes, la vidéo montre son attachée de presse de l’époque, Allegra Stratton, préparant avec des collègues des réponses à d’hypothétiques questions de journalistes sur une fête de Noël à Downing Street le 18 décembre. Un collègue lui demande: «on a vu des tweets selon lesquels il y a une fête de Noël vendredi soir, confirmez-vous ces informations?» Stratton assure en riant «je suis rentrée chez moi» avant de répondre «hm, err, arhh. Quelle est la réponse»?

Un collègue suggère alors «ce n’était pas une fête, mais une (soirée) fromage et vins», avant d’ajouter, «non, je blague». Allegra Stratton évoque alors «une réunion d’affaires» et ajoute sur le ton de la plaisanterie «cette fête imaginaire était une réunion d’affaires et il n’y avait pas de distanciation sociale».

«Je comprends la colère de tout le pays en voyant le personnel du 10 (Downing Street) sembler prendre à la légère les restrictions, je comprends à quel point ça doit être exaspérant de penser que les personnes qui ont établi les règles ne les ont pas respectées», a concédé le Premier ministre lors de la séance hebdomadaire de questions au Parlement. «Je m’excuse sans réserve pour l’offense que (cette vidéo) a causée dans tout le pays et je m’excuse pour l’impression qu’elle donne», a ajouté Boris Johnson.

«La main dans le sac»

«Le premier ministre accusé de mentir», «Une blague de mauvais goût»: la plupart des quotidiens britanniques titraient mercredi sur cette affaire qui indigne l’opinion publique. Quand de nombreux Britanniques étaient privés l’an dernier de voir leurs proches à Noël, cette «Christmas party» aurait réuni une quarantaine de personnes.

Cette situation a déclenché l’ire de l’opposition, le dirigeant du Parti travailliste Keir Starmer dénonçant un comportement «honteux». «Le premier ministre a passé la semaine à dire au public qu’il n’y avait pas eu de fête», a-t-il déclaré devant le Parlement, et il est désormais «pris la main dans le sac». «Des millions de personnes pensent maintenant qu’il les a pris pour des idiots», a ajouté Keir Starmer.

Même au sein du parti conservateur, la colère gronde. Le gouvernement doit «répondre à de graves questions. Et vite», a tweeté le député Roger Gale. La police londonienne se penche elle aussi sur la question, examinant la vidéo en relation avec des «violations présumées» des règles anti-Covid.

Nouvelles mesures «impossibles»

Ces révélations embarrassent d’autant plus le gouvernement qu’il pourrait selon plusieurs médias annoncer un durcissement des restrictions pour lutter contre le variant Omicron du coronavirus. Une tâche rendue «presque impossible» par «les événements des dernières 24 heures», a déploré le député conservateur Charles Walker sur Times Radio, alors que le Royaume-Uni, un des pays d’Europe les plus touchés par la pandémie avec 145’800 morts, compte désormais plus de 45’000 contaminations quotidiennes.

Face à ce bilan, le ton jovial employé dans la vidéo ne passe pas. «Il est bouleversant et honteux d’entendre l’équipe de Boris Johnson plaisanter sur la violation des règles qu’ils ont édictées», a déploré dans un communiqué une association de familles ayant perdu des proches durant la pandémie.

La tenue d’une autre fête par l’ex-ministre de l’Éducation Gavin Williamson, où une vingtaine de personnes s’étaient retrouvées le 10 décembre autour de quelques «verres et canapés», a par ailleurs été reconnue par un porte-parole du ministère.

(AFP)

Ton opinion

3 commentaires