Energie: Boudé par les Occidentaux, le pétrole russe inonde la Chine
Publié

ÉnergieBoudé par les Occidentaux, le pétrole russe inonde la Chine

Avec la guerre en Ukraine, Moscou est devenu le premier fournisseur de Pékin en mai.

Pékin a nettement accru ses importations de pétrole russe.

Pékin a nettement accru ses importations de pétrole russe.

AFP

Malgré les mises en garde de l’Occident, les sanctions contre les hydrocarbures russes en raison de l’invasion de l’Ukraine ont fait le jeu de Pékin. En mai, la Chine a accru de 55% ses importations, si bien que la Russie est devenue son principal fournisseur devant l’Arabie saoudite, selon des chiffres officiels publiés hier. Elle a acheté quelque 8,42 millions de tonnes de pétrole russe, contre 5,44 millions de tonnes il y a un an. Le mois dernier, ses achats de gaz naturel liquéfié ont progressé de 54% sur un an, à 397’000 tonnes. Alors que les Occidentaux ne cessent de réduire leurs achats, cette diminution des commandes a été «compensée par une augmentation des envois vers la Chine», selon l’Agence internationale de l’énergie (AIE). Autre pays d’Asie qui n’a pas condamné l’invasion russe, l’Inde en profite également: il est passé de 100’000 barils par jour importés en février à 900’000 en mai, a montré un rapport de l’AIE publié la semaine passée.

Pékin est ainsi devenu le principal partenaire économique de Moscou, et la seule grande puissance sur laquelle la Russie peut compter pour éviter l’isolement économique complet. Tous produits confondus, le total des importations chinoises en provenance de Russie a augmenté, en mai, de 80% sur un an. Il a atteint quelque 10,3 milliards de dollars, selon les Douanes.

Mercredi dernier, le président chinois Xi Jinping avait d’ailleurs réaffirmé la proximité de son pays avec la Russie, lors d’un échange téléphonique avec son homologue Vladimir Poutine

Un «vieil ami»

(AFP/ AIA)

Ton opinion

292 commentaires