Nyon (VD): Bourré au guidon, il devra assumer son alcoolémie
Actualisé

Nyon (VD)Bourré au guidon, il devra assumer son alcoolémie

Un homme qui s'était blessé à trottinette électrique s'opposait rétroactivement à la prise de sang faite sur le moment. Il a été débouté.

par
Christian Humbert
Dans son argumentation, le recourant a nié toute incapacité à manier son deux-roues.

Dans son argumentation, le recourant a nié toute incapacité à manier son deux-roues.

iStock/Image prétexte

En octobre dernier, des agents de la police de Nyon (VD) ont porté secours à un homme qui avait lourdement chuté, alors qu'il roulait en pleine nuit au guidon d'une trottinette électrique. Le visage en sang, l'homme s'était blessé à la mâchoire et au nez et avait des dents cassées.

L'homme a péniblement expliqué avoir consommé quatre ou cinq verres de vin et être seul responsable de son accident. Vu ses blessures, il n'a pas été formellement entendu par la police et aucun éthylotest n'a été effectué. En revanche, la procureure de service, informée de cet accident, a ordonné une prise de sang, qui a été faite dans l'hôpital où le blessé avait été emmené.

Il risque le retrait de permis

Mais quand, deux semaines plus tard, la magistrate a confirmé par écrit son mandat oral, l'homme a recouru, s'opposant rétroactivement au test sanguin réalisé sur le moment et à l'utilisation des résultats. Il faut dire qu'il risque non seulement une condamnation pénale mais aussi un retrait de son permis de conduire.

Son recours n'a pas été retenu par les juges cantonaux: selon eux, il y avait intérêt à effectuer la prise de sang et à en connaître ses résultats. Le cas devrait se conclure par une condamnation.

Ton opinion