Genève: Bouteflika: le calme après la pluie d'appels aux HUG
Actualisé

GenèveBouteflika: le calme après la pluie d'appels aux HUG

L'hospitalisation du président Bouteflika a provoqué une avalanche de coups de fils aux Hôpitaux universitaires de Genève. Des messages avec «pas mal d'humour».

Soulagement aux HUG à Genève: la situation est revenue à la normale après l'avalanche d'appels et de messages en provenance d'Algérie concernant leur patient, le président Bouteflika. L'hôpital a notamment reçu un millier de posts Facebook entre mardi et mercredi.

C'est la première fois que les Hôpitaux universitaires de Genève (HUG) vivent semblable épisode, a déclaré jeudi à Keystone-ATS leur porte-parole Nicolas de Saussure. Le calme est revenu. Les gens ont réalisé par le biais des médias sociaux que prendre en otage la centrale téléphonique d'un hôpital public n'était pas très judicieux.

4500 appels

Mardi, la centrale qui reçoit habituellement 3000 appels par jour a dû faire face à 1500 appels supplémentaires, soit un total de 4500. Les effectifs ont dû être triplés par moment.

Les pages d'informations médicales étant polluées par des posts en relation avec la santé d'Abdelaziz Bouteflika, la page Facebook des HUG a dû être suspendue pendant les nuits de mardi et de mercredi afin d'être épurée.

Peu de menaces

L'hôpital a notamment reçu environ 650 messages sur ce réseau social mardi et 350 mercredi, alors qu'il en reçoit usuellement entre 700 et 900 par mois, a précisé le porte-parole. Il y a eu peu de menaces et pas mal d'humour, relève-t-il.

Les HUG ont répondu aux solliciteurs que leur unique mission est de soigner toute personne le nécessitant quel que soit son statut et qu'ils ne communiquent jamais sur l'état de santé de leurs patients. Seul le patient, ou une personne habilitée par ce dernier, peut donner des informations.

Soins constants

La campagne d'appels téléphoniques et d'envoi de messages a été lancée depuis l'Algérie, après que des médias, ont fait état de la présence du président Bouteflika aux HUG et de son état de santé préoccupant. Selon la «Tribune de Genève» notamment, le chef de l'Etat algérien est «sous menace vitale permanente» et «nécessite des soins constants». (nxp/ats)

(NewsXpress)

Ton opinion